trigger-warning-étude

Il existe en psychologie un concept peu connu appelé «trigger warning». Ce concept explique qu’un type de contenu peut potentiellement être traumatisant, et permet donc à une personne de choisir de poursuivre ou non sa lecture ou le visionnement d’une œuvre.

Les «trigger warnings»

Les «trigger warnings» ont été initialement mis en place à titre de courtoisie pour les personnes souffrant d’un trouble de stress post-traumatique. Mais de nouvelles recherches suggèrent que les «trigger warnings» ne sont pas utiles pour protéger les personnes qui ne survivent pas à un traumatisme.

L’étude, publiée dans le Journal of Behavior Therapy et Experimental Psychiatry, a révélé que des «trigger warnings» peuvent accroître la vulnérabilité des personnes à un traumatisme. Pour certains participants, les «trigger warnings» ont empiré les réactions émotionnelles plutôt que de les améliorer.

« Notre laboratoire était intéressé par les «trigger warnings» car ils ont été au centre de nombreuses controverses et débats politiques, éducatifs, psychologiques et autres, mais presque aucune recherche empirique n’a été menée à ce jour sur leurs effets psychologiques » a expliqué Benjamin W. Bellet de l’Université Harvard.

Une étude incluant 270 participants 

Dans cette étude, 270 participants ont été recrutés en ligne via Amazon Turk, et ont ​​été invités à donner leur avis sur des passages de certaines œuvres littéraires. Les participants ayant des antécédents de traumatisme ont été exclus de l’étude.

Les participants ont lu trois passages légèrement pénibles dans un ordre aléatoire. Les participants ont ensuite lu 10 autres passages, dont cinq qui étaient neutres et cinq qui étaient extrêmement pénibles. Les participants ont ensuite lu trois passages plus pénibles.

Des passages légèrement pénibles incluaient des thèmes concernant la violence, les blessures ou la mort, mais sans détails graphiques. En revanche, les passages très pénibles contenaient des descriptions graphiques de la violence, des blessures ou de la mort.

Certains participants ont reçu un avertissement avant de lire les passages très pénibles, qui se lisaient comme suit: « AVERTISSEMENT : le passage que vous êtes sur le point de lire contient un contenu inquiétant et peut déclencher une réaction d’anxiété, surtout chez les personnes ayant des antécédents de traumatisme. »

Les avertissements ne se sont pas avérés utiles

Les chercheurs ont constaté que les réactions émotionnelles à des passages très pénibles n’étaient pas moins intenses chez ceux qui avaient reçus les avertissements. « Ce que nous n’avons pas trouvé était aussi important que ce que nous avons trouvé – les avertissements ne se sont pas avérés utiles, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas réussi à réduire l’anxiété face à des contenus potentiellement pénibles », a expliqué Bellet.

Les chercheurs ont constaté que les «trigger warnings» augmentaient la vulnérabilité des personnes à la souffrance causée par un traumatisme à long terme. Parmi ceux qui croyaient fermement qu’uniquement les mots pouvaient nuire, les «trigger warnings» étaient également liés à une réponse émotionnelle accrue aux passages pénibles.

« Les «trigger warnings» peuvent être psychologiquement nuisibles de manière spécifique, notamment en augmentant la perception des personnes face à leur TSPT (trouble de stress post-traumatique) en cas de traumatisme, et en suscitant une plus grande anxiété chez les individus qui pensaient que les passages écrits pouvaient nuire », a déclaré Bellet. .

Les chercheurs n’ont pas non plus trouvé de preuves indiquant que les «trigger warnings» affectaient la réactivité émotionnelle à des passages légèrement pénibles sans avertissement. En d’autres termes, les participants qui ont lu les avertissements ne sont pas devenus plus sensibles aux passages légèrement pénibles.

Des limitations

« Il y a quelques réserves », a expliqué Bellet. « premièrement, la taille des effets sur les personnes ayant participé à cette étude, étaient faibles, et nous avons besoin de reproduire cette étude pour avoir confiance dans la fiabilité de nos résultats. De plus, cette étude n’a pas été réalisée avec un échantillon d’étudiants, nous ne savons donc pas si nos résultats s’appliquent ou non à cette population. Une reproduction avec un échantillon d’étudiants est en cours.  »

« Bien que les «trigger warnings» soient des tentatives bien intentionnées pour accommoder les groupes marginalisés, elles peuvent avoir des conséquences néfastes et imprévues. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour établir la fiabilité de ces effets nocifs », a ajouté M. Bellet.

L’étude, “Trigger warning: Empirical evidence ahead“, a été écrit par Benjamin W. Bellet, Payton J. Jones, et Richard J. McNally.