eau-lune-découverte

Une équipe de scientifiques dirigée par Shuai Li de l’Université d’Hawaii et de l’Université Brown affirme avoir trouvé des preuves définitives de la présence de la glace d’eau aux pôles nord et sud de la Lune. En utilisant les données de l’instrument Moon Mineralogy Mapper (M3) de la NASA à bord de l’orbiteur lunaire Chandrayaan-1 de la Indian Space Research Organization (ISRO). Cette nouvelle découverte indique que l’eau est non seulement présente sur la Lune, mais également accessible depuis la surface.

Exploiter les ressources de la Lune

Si jamais l’humanité devait être plus qu’un visiteur de la Lune, les futurs explorateurs devront rapidement apprendre à exploiter les ressources lunaires locales. La clé de ceci est l’eau. Non seulement les besoins humains les plus élémentaires nécessitent de boire, se laver et cultiver des aliments, mais aussi respirer. L’eau devient alors une source vitale d’oxygène pour la respiration et de carburant pour envoyer des fusées dans des missions spatiales plus éloignées.

Bien que la présence d’eau sur la Lune ait été spéculée depuis plus d’un siècle et que son existence remonte aux missions Apollo des années 1970, il n’y avait pas beaucoup de preuves définitives de sa présence. Il y avait des éclairs de lumière provenant de certains cratères qui auraient pu être de la glace, mais qui auraient aussi pu être des roches brillantes. Il y avait aussi des preuves spectroscopiques qui auraient démontré la présence  de molécules d’eau, mais qui auraient pu être enfermées dans des minéraux. En plus de cela, si de l’eau était présente, elle aurait pu être scellée sous la surface lunaire à des profondeurs de plusieurs kilomètres.

Maintenant, les données M3 démontrent qu’il y a des dépôts de glace au pôle nord et au pôle sud. La glace méridionale est concentrée dans des cratères qui sont perpétuellement à l’ombre, tandis que la glace nordique est largement distribuée, mais à faible densité. Cette conclusion repose sur trois signatures spectrales spécifiques de la lumière réfléchie par ces dépôts. Ceux-ci ont non seulement ont montré la présence d’eau, mais la bande infrarouge a également déterminé qu’il s’agissait de glace plutôt que d’eau ou de vapeur.

Selon la NASA, la glace d’eau se trouve dans les cratères sombres où les températures restent inférieures à -157 ° Celsius et le soleil ne brille jamais pour les réchauffer. De plus, les lectures indiquent que la glace se trouve à la surface ou à quelques millimètres, de sorte qu’elle est facilement disponible pour l’exploitation lors de futures missions d’exploration de la Lune et de notre système solaire.

Cette découverte a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Source : NASA