mieux-comprendre-environnement-autisme-superglass

Les personnes autistes ont souvent du mal à comprendre ce que les autres pensent ou ressentent. Le décodage des expressions faciales peut être particulièrement délicat. Est-ce que ce sourire est un véritable sourire de joie ou une grimace de politesse? Est-ce que ce front ridé signifie de la colère ou juste une forme de concentration?

Lorsque vous ne pouvez pas comprendre les messages sur les visages des autres, il est difficile de s’engager socialement. Les enfants autistes sont donc souvent exclus des interactions avec les autres enfants, ce qui est essentiel au leur développement.

Utiliser les « Google Glass »

Maintenant, les chercheurs de Stanford disent avoir une nouvelle façon d’aider ces enfants; en utilisant les « Google Glass ». Ils ont combiné les lunettes de réalité augmentée avec une application qui utilise l’intelligence artificielle pour identifier les visages et les expressions faciales dans le champ de vision d’un enfant, puis elle lui montre un emoji correspondant à la bonne expression.

« Les enfants autistes luttent pour s’engager leur monde social », a déclaré Dennis Wall, professeur de pédiatrie et de science des données biomédicales à la faculté de médecine de l’université de Stanford. « Ils ne sont pas en contact avec les visages et ils ne comprennent pas vraiment les différences émotionnelles qui se manifestent dans ces visages. Ce sont les deux principaux déficits auxquels la thérapie comportementale se concentre actuellement. »

La thérapie comportementale intensive, qui consiste à travailler en tête-à-tête avec un thérapeute, un enseignant ou un soignant, afin d’accroître les compétences, y compris les aptitudes sociales, est utile pour de nombreux enfants autistes. Le problème est qu’il y a trop d’enfants atteints d’autisme et trop peu de personnes de soins qui soient formés convenablement, ce qui laisse de nombreux enfants sur de longues listes d’attente.

Plus l’intervention est précoce et plus elle sera susceptible de réussir. Mais de nombreux enfants ne peuvent pas se lancer dans une thérapie d’intervention précoce, qui commencerait idéalement dès le plus jeune âge, en raison des listes d’attente, d’un manque d’assurance ou d’un âge tardif du diagnostic.

Wall espère que cette nouvelle technologie, que son équipe a surnommée « Superpower Glass », pourrait aider à combler le fossé entre le diagnostic et le début du traitement. « Nous avons travaillé très durs pour construire un système mobilisable qui peut aller à la maison et se généraliser à l’environnement naturel de l’enfant », explique Wall.

Comment cela fonctionne pour les enfants

Les lunettes fonctionnent avec une caméra orientée vers l’extérieur, qui capture les images et les transmet à une application téléphonique via le WI-FI. L’application utilise l’apprentissage automatique pour identifier les visages et décider de leur expression. Les lunettes montrent alors une boîte verte qui s’allume à la périphérie de la vision de l’enfant pour dire « tu as trouvé un visage ». Un instant plus tard, un emoji avec l’expression correcte du visage apparaît. Les lunettes ont également un microphone qui peut donner des informations verbales à l’enfant, mais Wall et son équipe constatent que les enfants préfèrent les emojis.

L’application dispose de trois modes. Le mode «jeu libre» permet aux enfants de porter simplement les lunettes tout en interagissant dans leur environnement, capturant les visages et les émotions partout où ils apparaissent. Ensuite, il y a deux modes de jeu: « deviner mon émotion », où un parent joue une expression et « capture le sourire », où les enfants donnent à une autre personne des indices sur une émotion à laquelle ils pensent.

À l’heure actuelle, l’application identifie huit expressions faciales de base: le bonheur, la tristesse, la colère, le dégoût, la surprise, la peur, le mépris et la neutralité.

« L’apprentissage de ces émotions fondamentales permet de débloquer une couche du développement, pour ainsi dire, permettant aux enfants d’acquérir la confiance nécessaire pour se développer seuls dans des scénarios sociaux plus complexes », déclare Wall. « S’ils manquent ces huit expressions, il leur est très difficile de les apprendre plus tard, et il leur est encore plus difficile d’apprendre des nuances sociales plus subtiles telles que « intéressé » ou « désintéressé ». »

Des enfants ont testé ces lunettes

Durant l’étude, 14 enfants âgés de 3 à 17 ans ont testé ces lunettes à la maison, les utilisant pendant au moins trois séances de 20 minutes par semaine pendant 10 semaines en moyenne. Leurs parents ont rempli des sondages sur les compétences sociales des enfants au début et à la fin de l’étude.

Douze des 14 familles ont déclaré que leurs enfants avaient eu davantage de contact visuel à la fin de l’étude. Les scores moyens des enfants dans les questionnaires remplis par les parents sur leurs aptitudes sociales ont diminué de 7,38 points au cours de l’étude, ce qui signifie que certains symptômes d’autisme avaient diminué. Six des 14 participants ont enregistré des baisses suffisamment importantes de leurs scores pour réduire leur degré de sévérité dans leur classification de l’autisme, par exemple de «grave» à «modérer» ou «léger» à «normal». L’étude s’est terminée en suggérant que les lunettes pourraient être utilisées comme une « aide » temporaire.

Les résultats ont été décrits plus tôt ce mois-ci dans la revue npj Digital Medicine.

Andrea Ruppar, professeur de psychologie de la réadaptation et d’éducation spéciale à l’Université du Wisconsin-Madison, explique que ces lunettes Superpower ont un fort potentiel. « Il semble que la technologie permettrait à certaines personnes d’examiner un exemple concret d’une expression émotionnelle d’une autre avec qui elle interagit quotidiennement », explique-t-elle. « Ils auraient beaucoup d’exemples, ce qui est essentiel pour transférer leurs compétences à d’autres contextes de la vie réelle. »

D’autres techniques existaient

Selon M. Ruppar, les personnes autistes utilisent depuis longtemps la technologie pour apprendre et se connecter. Lorsque, il y a 20 ans, elle enseignait aux enfants autistes, elle avait des élèves qui regardaient des cassettes VHS pour mémoriser des lignes de dialogue, puis trouver comment les utiliser dans la vraie vie.

« J’espère qu’à mesure que nous progresserons dans la technologie d’apprentissage pour les élèves autistes, nous maintiendrons les personnes autistes à la place du conducteur », a déclaré Ruppar. « Les meilleures solutions technologiques viendront de l’écoute des personnes atteintes d’autisme, pas seulement celles qui utilisent la parole, mais aussi de celles qui ont besoin de la technologie pour communiquer. »

L’équipe a déjà réalisé un essai contrôlé randomisé et écrit ses conclusions. Selon M. Wall, les résultats sont prometteurs et similaires à l’étude pilote. L’équipe espère maintenant trouver un partenaire industriel pour produire ces lunettes à plus grande échelle. Ils espèrent également que la FDA approuvera cette technologie en tant que dispositif médical. Ce qui signifierait que les compagnies d’assurance les paieraient.

Offrir une gamme plus large d’expressions

Ils espèrent également développer l’application pour offrir une gamme plus large d’expressions, rendant les lunettes utiles pour un plus grand nombre d’enfants et même d’adultes.

« Si je devais choisir le meilleur endroit pour positionner cette technologie, c’est définitivement parmi ces jeunes enfants, en particulier s’ils sont sur ces listes d’attente », explique Wall. « Ils ont besoin de thérapie mais ne peuvent pas l’obtenir. C’est un merveilleux pont vers une meilleure intégration sociale. »

Source : Smithsonian