femme-astronaute

Les premiers colons sur la planète Mars seront-ils des femmes ? Probablement. Pourquoi ? L’espace est un endroit assez terrifiant. Il est totalement silencieux, incroyablement vaste, et il est bombardé de rayons cosmiques. Mais heureusement la Terre est protégée par son champ magnétique. Sans cette protection, nous serons tués par des protons de haute énergie et par des particules chargées qui peuvent causer de graves problèmes de santé et de cognition.

Les femmes protégées des rayons cosmiques

Mais de nouvelles recherches financées par la NASA dans les universités de Californie, de San Francisco et de Brookhaven National Laboratory à New York suggèrent que les rayons cosmiques n’affectent pas le cerveau des femmes astronautes. Dans un article publié plus tôt ce mois-ci dans la revue Brain, Behavior et Immunity, les chercheurs ont démontré que les souris femelles sont immunisées contre les dommages cognitifs résultant des rayonnements spatiaux simulés. L’étude pourrait ouvrir la voie au traitement de cette conséquence dangereuse des voyages dans l’espace.

« Ces résultats démontrent que les souris femelles sont protégées des conséquences délétères de l’exposition des rayons cosmiques », a déclaré Susanna Rosi, neuroscientifique à l’UCSF et l’un des principaux auteurs de l’étude. « Plus en détail, nous avons constaté que les souris mâles développaient une large gamme de déficits cognitifs qui n’était pas présente chez les femelles après une exposition à la simulation des rayons cosmiques. »

Une différence fondamentale entre les mâles et les femelles

Ces déficits cognitifs comprenaient des changements dans la sociabilité, la mémoire sociale, des comportements anxieux et la mémoire en général. « Lorsque nous avons regardé attentivement dans le cerveau des femelles, nous avons trouvé des différences fondamentales entre les mâles et les femelles », a déclaré Rosi. Seuls les cerveaux des souris mâles présentaient une augmentation des cellules inflammatoires et une perte de synapses neurales. « Ces résultats sont convaincants car ils démontrent des différences sexuelles fondamentales. »

Les rayons cosmiques ne sont pas une préoccupation immédiate pour les astronautes en ce moment. La Station spatiale internationale est toujours en orbite terrestre basse et aucun être humain n’a dépassé le champ magnétique de la planète depuis les missions Apollo. Mais avec la manière dont la nouvelle course à l’espace se dessine, nous pourrions bientôt retourner sur la lune et sur Mars, où la protection contre les rayons cosmiques sera une priorité.

Les microglies protègent les cerveaux féminins

Kari Krukowski, chercheuse post-doctorale et première auteure de l’étude et son équipe, ont émis l’hypothèse que les cellules inflammatoires appelées microglies expliquent la disparité entre les souris femelles et mâles en protégeant les cerveaux féminins mais non masculins. Cependant, on ne sait pas si ou pourquoi c’est le cas.

Les chercheurs notent que ce n’est que le début d’une longue enquête sur les mesures de sécurité pour les futures missions spatiales. Ils continueront à tester des combinaisons plus complexes afin de protéger les futurs astronautes des rayonnements spatiaux simulés et à rechercher des moyens de modifier les microglies pour traiter potentiellement ces déficits cognitifs.