moteur-gaz-naturel

L’Université de Californie, le centre d’ingénierie et de recherche environnementale Riverside Bourns College (CE-CERT) et la Southern California Gas Co. (SoCalGas) ont annoncé le 30 août les résultats d’une nouvelle étude sur les moteurs lourds au gaz naturel à très faibles émissions, montrant qu’un nouveau moteur de 11,9 litres a atteint la norme la plus basse en matière d’émissions génératrices de smog en Californie et a maintenu ces émissions pendant tous les types de conduite.

Le premier moteur à émissions quasi nulles

Ces résultats de l’étude soulignent l’importance des moteurs de camions à émission presque nuls pour nettoyer l’air. La plupart des véhicules lourds sur les routes actuellement ont un moteur au diesel, et représentent l’une des plus importantes sources d’oxydes d’azote (NOx) ou de formation de smog, d’émissions et de consommation de carburant en Amérique du Nord. En revanche, le nouveau moteur de 12 litres à émissions quasi nulles, fabriqué par Cummins Westport, est le seul moteur dans sa catégorie à non seulement atteindre, mais dépasser, la norme de 0,02 g/bhp-hr.

Kent Johnson, ingénieur de recherche associé au CE-CERT, a dirigé les tests pour ce moteur à gaz naturel à émissions quasi nulles. L’évaluation a porté sur les émissions réglementées et non réglementées, les particules ultrafines, le potentiel de réchauffement de la planète et l’économie de carburant.

L’essai a été effectué lors d’essais en cours d’utilisation sur un dynamomètre simulant divers types de conditions de conduite, du tirage au quai de chargement aux transports régionaux. L’an dernier, Johnson a effectué des tests similaires sur un moteur à gaz naturel proche de zéro de 8,9 litres. Ces résultats ont démontré que le plus petit moteur avait des émissions encore plus faibles que celles requises par la Californie dans certaines conditions de conduite.

«La première étude a été faite avec un petit moteur destiné à être utilisé dans les autobus scolaires et les camions à ordures, qui ne représentent qu’environ 30% des camions lourds. Ce nouveau moteur est destiné au factage et au mouvement des marchandises, soit 70% des camions lourds. Cette technologie de moteur est non seulement utile pour les applications de transport de main-d’œuvre et de déchets, mais également pour transporter des charges beaucoup plus lourdes en Californie.», a déclaré Johnson.

Le secteur des transports représente plus de 80% des émissions de smog 

«Le secteur des transports représente plus de 80% des émissions génératrices de smog en Californie», a déclaré Sharon Tomkins, vice-présidente des solutions clients et de la stratégie pour SoCalGas. «Ces résultats de l’UC Riverside montrent une fois de plus que la dernière technologie de moteur à gaz naturel disponible, jouera un rôle essentiel dans la réalisation des objectifs de la Californie en matière d’air pur, et dans l’avenir, dans plusieurs pays si ce moteur est acheté par des fabricants de camions lourds.

«Le déploiement accéléré à grande échelle de cette technologie des moteurs à émissions quasi nulles est essentiel pour atteindre les réductions d’émissions nécessaires pour atteindre les normes fédérales et internationales de la qualité de l’air en 2023 et 2031», a déclaré Wayne Nastri, directeur du district de gestion de la qualité de l’air de la côte sud. «Pour atteindre nos objectifs de qualité de l’air, nous devons continuer à voir des améliorations dans le secteur des transports, qui contribuent le plus à la pollution atmosphérique.»

Environ 41% des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’État proviennent des transports. Lorsque les camions au gaz naturel à émissions quasi nulles sont alimentés par du gaz naturel renouvelable, les émissions de GES peuvent être réduites d’au moins 80%. En Californie, près de 70% des camions lourds sont déjà alimentés au gaz naturel renouvelable.

Le smog dans les grandes villes

Ce nombre devrait continuer à augmenter, et si plusieurs pays adoptent ce moteur, nous aurions enfin une solution au smog qui est très présent dans plusieurs villes à travers le monde, notamment en Chine, où les gens doivent parfois porter des masques pour filtrer la pollution dans les grandes villes.

Source : University of California Riverside