galaxie-géante

Il y a environ 10 ans, les astronomes ont catalogué une galaxie située à 12,4 milliards d’années-lumière, appelée COSMOS-AzTEC-1, une «galaxie géante» supposée être l’ancêtre de galaxies modernes massives comme la nôtre. Les galaxies passent par un processus évolutif, passant de masses désordonnées de gaz à des amas remplis d’étoiles comme notre propre belle voie lactée.

Une galaxie produisant 1000 fois plus d’étoiles que la nôtre

Comme les chercheurs analysaient AzTEC-1 dès les premiers stades de son existence, ils s’attendaient à ce que cela reste un peu chaotique. Mais Sarah Lewin de Space.com rapporte que la galaxie pourrait être en avance: la galaxie géante produit 1 000 fois plus d’étoiles que la voie lactée.

Les chercheurs ont examiné de plus près ce qui se passait dans cette galaxie, en utilisant le grand réseau d’Atacama (ALMA) au Chili, un télescope 10 fois plus grand que les modèles de télescopes précédents. Pour l’essentiel, AzTEC-1 semble plus mature qu’elle ne l’est, mais les observations peuvent être trompeuses.

Lewin rapporte que si la galaxie est certainement plus productive que prévu pour son âge, ce n’est pas exactement une machine à fabriquer des étoiles bien huilée et stable, et bien qu’il ne s’agisse pas d’un gâchis total comme ils l’avaient prédit, elle pourrait ne pas durer longtemps dans cet état.

«Une vraie surprise est que cette galaxie située a près de 13 milliards d’années, a un disque de gaz massif ordonné qui est en rotation régulière au lieu de ce que nous nous attendions; ce qui aurait été une sorte de désordre que la plupart des études théoriques avaient prédit », explique le coauteur Min Yun de l’Université du Massachusetts, Amherst, dans un communiqué.

AzTEC-1 a deux groupes de nuages ​​décentrés 

Dans la plupart des galaxies, il existe un groupe dense de gaz formant des étoiles au centre. Cependant AzTEC-1 a deux groupes de nuages ​​décentrés situés à des milliers d’années-lumière de son centre, qui sont également assez denses pour produire des étoiles, rapporte l’équipe cette semaine dans la revue Nature.

Il y a typiquement quelque chose qui équilibre et maintient le bon fonctionnement des galaxies formant des étoiles. Alors que la gravité écrase des masses de gaz pour produire de nouvelles étoiles, il y a également les étoiles mourantes qui explosent et qui deviennent des supernova et poussent le gaz vers l’extérieur, créant ainsi un contrepoids qui maintient la stabilité de la galaxie.

Cependant la gravité dans AzTEC-1 a le dessus et comprime le gaz en étoiles à un taux d’emballement 1000 fois supérieur à celui de la Voie Lactée. À ce rythme, tout le gaz dans la galaxie sera consommé dans 100 millions d’années – ce qui est dix fois plus vite que prévu.

Il est difficile de dire exactement comment AzTEC-1 est devenue une fabrique d’étoiles si puissante. Il est possible qu’une collision galactique ait transféré un excès de gaz dans la galaxie, provoquant des formations d’étoiles intense.

Des questions sur lesquelles les scientifiques ne pouvaient que spéculer

« Comment ces galaxies ont pu amasser une si grande quantité de gaz en premier lieu et ensuite essentiellement transformer toute cette réserve de gaz en étoiles en un clin d’œil, cosmologiquement parlant, étaient des questions totalement inconnues sur lesquelles nous ne pouvions que spéculer », explique Yun dans le communiqué de presse. « Nous avons maintenant les premières réponses. »

Ce n’est pas la seule galaxie à ne pas correspondre à ce que nous savons de la façon dont les conglomérats d’étoiles se sont formés et ont évolué au cours des années. Plus tôt cette année, des chercheurs ont découvert une galaxie dépourvue de matière noire et en 2016, des galaxies constituées principalement de matière noire ont été découvertes.

Plus tôt ce mois-ci, des chercheurs ont annoncé qu’ils avaient découvert que certaines des galaxies les plus anciennes de l’univers, âgées de plus de 13 milliards d’années, pourraient se trouver à proximité de notre propre galaxie, la Voie Lactée.

Des expliquations

Mais le plus important est que nous avons enfin des réponses qui expliquent certaines étranges particularités des galaxies géantes, comme la formation intense de nouvelles étoiles, notamment de potentielles collisions entre des galaxies, et le fait d’avoir plusieurs groupes de nuages de gaz denses qui forment éventuellement plus d’étoiles.

Source : Smithsonian