bactérie-multirésistante-propagation-monde-entier

Des chercheurs de l’Université de Melbourne ont découvert que la bactérie Staphylococcus epidermidis, se propageait dans plusieurs pays. Cette bactérie a modifié légèrement son ADN pour se rendre résistante à la plupart des antibiotiques, notamment la méticilline. Cette bactérie est normalement présente sur la peau et cause peu de dommages, sauf aux personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Une bactérie multirésistante se propage dans le monde entier

«Elle peut être mortelle, mais c’est généralement chez des patients qui sont déjà très malades à l’hôpital. Elle peut être difficile à éliminer et les infections peuvent être très graves», a déclaré M. Howden un des chercheurs à l’université de Melbourne.

Les staphylocoques, en particulier S. aureus, sont des agents pathogènes opportunistes majeurs chez l’homme, entraînant un grand nombre d’infections aux soins de santé. Bien que certaines de ces infections puissent être des infections relativement mineures de la peau et des tissus mous, S. aureus provoque également fréquemment des infections invasives potentiellement mortelles, notamment une septicémie et une endocardite.

Staphylococcus epidermidis, bien que moins virulent que S. aureus, est une cause fréquente d’infection chez les patients hospitalisés, souvent associée à des dispositifs médicaux implantés. Dans ces deux espèces bactériennes, la résistance antimicrobienne croissante, en particulier à l’antibiotique glycopeptidique, rend la vancomycine plus difficile à traiter. L’émergence de S. aureus résistant à la méthicilline (CA-MRSA) en Australie et dans le monde a également entraîné d’importantes infections à staphylocoques résistant aux médicaments dans la communauté.

Plusieurs antibiotiques pourraient ne pas fonctionner

La plupart des antibiotiques plus puissants sont très coûteux et même parfois toxiques. Selon les chercheurs l’utilisation simultanée de plusieurs médicaments pour prévenir la résistance pourrait ne pas fonctionner. Toujours selon Howden, la recherche dans notre groupe se concentre sur la compréhension de l’épidémiologie, de l’impact clinique et des stratégies thérapeutiques optimales pour le traitement des infections à staphylocoques résistant aux médicaments et comment ils provoquent des maladies.

De récentes études ont identifié des liens potentiellement importants entre la résistance aux antibiotiques chez les staphylocoques et des altérations des interactions hôtes-pathogènes, résultant de l’adaptation de l’organisme lors d’une infection humaine persistante. D’après les chercheurs, les bactéries multirésistantes se répandraient à travers le monde en raison de l’utilisation intensive et inappropriée d’antibiotiques dans les unités de soins intensifs, où les patients sont les plus malades et des antibiotiques puissants sont prescrits sans discernement.

Comprendre comment les infections se propagent 

S. epidermidis devient résistant à la plupart des antibiotiques et, peut-être le plus inquiétant, dans certaines régions d’Europe, certaines souches résistent déjà à tous les antibiotiques connus.

L’étude publiée dans la revue Nature Microbiology nous prouve que nous devons mieux comprendre la façon dont les infections se propagent et quelles sont les bactéries que les hôpitaux choisissent de cibler. «Il ne fait aucun doute que la résistance aux antibiotiques est l’un des plus grands dangers pour les soins hospitaliers dans le monde entier», a ajouté M.Howden.

Source : Université de Melbourne