pluton-reclassé-comme -planète

La raison pour laquelle Pluton a perdu son statut de planète n’est pas valide, selon une nouvelle étude de l’Université de Floride centrale à Orlando. En 2006, l’Union astronomique internationale, un groupe mondial d’experts en astronomie, exigeait pour qu’une planète ait droit à cette définition, qu’elle «dégage» plus que son orbite ou, en d’autres termes, qu’elle ait une plus grande force gravitationnelle que son orbite.

Pluton est une planète

Comme la gravité de Neptune influence sa planète voisine Pluton, elle partage son orbite avec des gaz et des objets gelés dans la ceinture de Kuiper, cela signifiait que Pluton ne correspondait pas à ce que doit être une planète. Cependant, dans une nouvelle étude publiée en ligne mercredi dans la revue Icarus, le spécialiste des planètes UCF Philip Metzger, qui travaille au Florida Space Institute de l’université, a indiqué que cette norme de classification des planètes n’était pas prise en compte dans la littérature scientifique.

Metzger, auteur principal de l’étude, a passé en revue la littérature scientifique des 200 dernières années et n’a trouvé qu’une publication – en 1802 – qui utilisait cette règle pour classer les planètes et reposait sur un raisonnement infirme. Il a expliqué que des lunes telles que Titan de Saturne et Europe de Jupiter, ont été couramment appelées planètes par des scientifiques planétaires depuis l’époque de Galilée.

« La définition de l’AIU dirait que l’objet fondamental de la science planétaire, la planète, est censé être défini sur la base d’un concept que personne n’utilise dans ses recherches », a déclaré Metzger. « De plus cela laisserait de côté la deuxième planète la plus complexe et la plus intéressante de notre système solaire. » « Nous avons maintenant une liste de plus de 100 récents exemples de scientifiques planétaires utilisant le mot planète d’une manière qui viole la définition de l’AIU, mais ils le font parce que c’est utile sur le plan fonctionnel », a-t-il déclaré.

Selon cette mauvaise définition il n’y a plus de planètes

« C’est une définition négligée », a déclaré Metzger à propos de la définition de l’AIU. « Ils n’ont pas dit ce qu’ils voulaient dire en nettoyant leur orbite. Si vous prenez cela littéralement, alors il n’y a pas de planètes, car aucune planète ne se dégage de son orbite. »

Le scientifique planétaire a déclaré que la revue de la littérature montrait que la véritable division entre les planètes et les autres corps célestes, tels que les astéroïdes, s’était produit au début des années 1950, lorsque Gerard Kuiper publia un article faisant cette distinction. Cependant, même cette raison n’est plus considérée comme un facteur déterminant si un corps céleste est une planète, a déclaré Metzger.

Le coauteur de l’étude, Kirby Runyon, avec le Laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins à Laurel, Maryland, a déclaré que la définition de l’AIU était erronée puisque la revue de la littérature a montré que l’orbite n’est pas une norme utilisée lors de l’élaboration de la définition de 2006 des planètes.

Une fausse déclaration historique

« Nous avons démontré qu’il s’agissait d’une fausse déclaration historique », a déclaré Runyon. « Il est donc fallacieux d’appliquer le même raisonnement à Pluton », a-t-il déclaré. Metzger a déclaré que la définition d’une planète devrait être basée sur ses propriétés intrinsèques, plutôt que sur celles qui peuvent changer, telles que la dynamique de l’orbite d’une planète.

« La dynamique n’est pas constante, ils changent constamment », a déclaré Metzger. « Donc, ils ne peuvent pas convenir à la description fondamentale d’un corps céleste, ils ne sont que l’occupation d’un corps à une époque actuelle. »

Classer une planète en fonction de sa taille

Au lieu de cela, Metzger recommande de classer une planète en fonction de sa taille pour que sa gravité lui permette de devenir sphérique. « En outre ce n’est pas juste une définition arbitraire, a déclaré Metzger. Il s’avère que c’est une étape importante dans l’évolution d’un corps planétaire, car apparemment, lorsque cela se produit, elle initie une géologie active dans un corps planétaire. »

Pluton est plus vivante que Mars

Pluton, par exemple, a un océan souterrain, une atmosphère multicouche, des composés organiques, des preuves de lacs anciens et de multiples lunes, a-t-il déclaré. « C’est plus dynamique et vivant que Mars », a déclaré Metzger. « La seule planète qui possède une géologie plus complexe est la Terre. »

Source : University of Central Florida