protection-traité-nations-unis-océan

Le thon rouge est l’un des poissons les plus gros et les plus rapides de l’océan. Son corps profilé peut atteindre des vitesses jusqu’à 70 kilomètres à l’heure à la poursuite de ses proies. Atteignant parfois 225 kilos, ce géant dominait jadis les océans Atlantique, Pacifique et Indien. Mais les humains chassent le thon rouge depuis des milliers d’années. Au siècle dernier, les stocks ont été décimés. La population du Pacifique ne représente plus que 2,6% de sa taille initiale.

Protéger la biodiversité en haute mer

De nombreuses autres espèces qui vivent en haute mer – les deux tiers dans les océans de la Terre situés au-delà des eaux nationales – subissent le même sort. Il n’y a pas de loi universelle protégeant la biodiversité. «C’est un fossé énorme, un trou littéral au milieu de l’océan», déclare Lance Morgan, président du Marine Conservation Institute, une organisation américaine à but non lucratif spécialisée dans la protection des océans.

Mais c’est sur le point de changer. Les Nations Unies s’efforcent de protéger la vie marine en haute mer grâce à un traité juridiquement contraignant qui sera ratifié d’ici 2020. Les délégués de 193 pays y travailleront jusqu’au 17 septembre aux États-Unis, à New York. Car la haute mer abrite certaines des créatures les plus charismatiques de la planète, telles que les dauphins, les Grands requins blanc, les baleines et les tortues. Ils contiennent de précieuses pêcheries et des écosystèmes de soutien que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Seulement 1% de la haute mer est interdite à l’industrie

Pourtant, jusqu’à l’année dernière, il n’y avait pas une grande aire marine protégée dans les eaux internationales. Aujourd’hui, seulement 1% de la haute mer est interdite à l’industrie.

requins

En outre ces régions des océans, sont très utiles pour plusieurs industries. Par exemple, les fabricants de produits chimiques parcourent les profondeurs marines pour trouver des organismes dont le génome pourrait produire de nouveaux produits cosmétiques, alimentaires ou pharmaceutiques. Malheureusement, cet accord ne couvre pas la biodiversité. Un autre aspect qui pourrait faire dérailler les négociations est de savoir comment partager les avantages des découvertes.

Le patrimoine de l’humanité

En vertu de la loi UNCLOS existante, tout ce qui a été découvert sur ou sous les fonds marins dans les eaux internationales – y compris les minéraux et les génomes marins – est le «patrimoine commun de l’humanité» et devrait profiter à toutes les nations.

dauphins

De plus à l’heure actuelle, une seule entreprise – la société chimique allemande BASF – détient presque la moitié (PDF) de tous les brevets enregistrés au niveau mondial pour les séquences génétiques marines et a le droit de commercialiser les brevets en haute mer sans partager les bénéfices ou autres avantages. Dans les eaux nationales, cela n’est plus possible, en raison d’une résolution américaine de 2010 appelée Protocole de Nagoya et les pays en développement souhaiteraient étendre ce principe aux eaux internationales.

Des pays s’opposent à l’indemnisation

Mais les pays développés tels que le Royaume-Uni, les États-Unis et le Japon s’opposent largement à l’indemnisation d’autres pays pour les brevets acquis en haute mer. Pourtant, «il y a de la bonne volonté lors des pourparlers pour trouver un terrain d’entente», a déclaré Gjerde. «Cela ne se limite pas à une compensation monétaire. Il s’agit également de questions telles que l’accès aux données. »

Les délégués veulent que ce nouveau traité assainisse des industries bien établies telles que la pêche. Ici, la tâche pourrait être plus difficile. Une vingtaine d’organisations gèrent des activités discrètes ou régionales en haute mer, notamment l’ISA et l’Organisation maritime internationale, qui supervise la navigation, et il y a peu de communication entre ces secteurs.

poisons-des-hautes-mers

Craignant un accord mondial qui pourrait conduire à une plus forte réglementation, l’industrie et les principaux pays de pêche hauturiers tels que la Chine, le Japon, la Corée du Sud et l’Espagne risquent de se replier. Mais 90% des stocks de poissons du monde sont surexploités et plusieurs études indépendantes ont démontré que la fermeture de la haute mer à la pêche ne nuirait ni aux prises mondiales ni aux bénéfices.

«Nous avons fait un très bon travail de gestion des ressources», explique Liz Karan, experte en haute mer auprès de The Pew Charitable Trusts, qui a assisté à la réunion. «Maintenant, nous sommes enfin conscients du fait que nous ne pouvons pas simplement compter sur la résistance des océans.»

Limiter les risques d’une extinction massive de la vie marine

L’impulsion pour la protection en haute mer est opportune. Les scientifiques ont averti que le monde devrait placer au moins 30% de l’espace océanique mondial dans les aires marines protégées d’ici 2030 s’il veut limiter les risques d’extinction massive de la vie marine. Seulement 2% des océans se trouvent dans des zones marines protégées et l’ONU a fixé un objectif de 10% d’ici à 2020.

poissons-dans-la-mer-des-sargasses

Au cours des 20 dernières années, les scientifiques ont identifié de nombreux endroits riches en vie tels que le White Shark, la Californie et Hawaii, où des centaines de requins se rassemblent chaque année, et la mer des Sargasses, un énorme gyre de l’Atlantique Nord qui entraîne des algues nutritives qui alimentent une grande diversité de vie marine; des anguilles aux tortues en passant par les oiseaux marins.

«C’est l’occasion d’essayer de préserver les ressources océaniques pour nous tous, avant qu’il ne soit trop tard», averti Karan.

Source : Scientific American