iceman-systme-de santé-sophistiqué-5000-ans

Ötzi, l’homme des glaces, âgé de 5300 ans, découvert gelé dans les Alpes italiennes en 1991, était un désastre médical. Ses dents pourrissaient, il avait des parasites dans l’estomac et ses genoux commençaient à dégénérer, sans parler de la flèche qui se trouvait dans son dos et qui l’avait probablement tué.

Ötzi aurait bénéficié d’un système de santé sophistiqué

Maintenant, une nouvelle étude conclut que les herbes et les tatouages utilisés par l’homme des glaces pour traiter ses maux pourraient avoir été communs à cette époque, suggérant une culture sophistiquée des soins de santé à ce stade de l’histoire humaine. Des études antérieures ont montré qu’Ötzi transportait un certain nombre de médicaments parfois étranges sur lui ou chez lui. Fixés à des bandes de cuir dans son équipement.

Otzi-tatouages

Les chercheurs ont découvert que le champignon polypore de bouleau, qu’Ötzi pourrait avoir utilisé, lui permettait de calmer l’inflammation, ou utilisé comme antibiotique. Les scientifiques ont également trouvé de la fougère dans son estomac, qui peut être utilisée pour traiter les parasites intestinaux tels que le ténia.

De plus Ötzi était couvert de 61 tatouages (photo ci-dessus), y compris des points autour de ses articulations, ce qui, selon certains chercheurs, pourrait être utilisé comme traitement de la douleur.

Dans cette nouvelle étude, les scientifiques ont examiné de plus près les tatouages ​​d’Ötzi. Certaines lignes et certains points se trouvaient directement au-dessus de son poignet et de ses chevilles qui souffraient de maladies dégénératives, et plusieurs correspondaient aux points d’acupuncture traditionnels, rapportent les chercheurs dans l’International Journal of Paleopathology.

Une approche d’essais et d’erreurs

Ces tatouages ​​auraient été longs à produire et cette pratique sophistiquée – avec la variété des herbes et des médicaments – aurait probablement été développée grâce à une approche systématique d’essais et d’erreurs, transmise de génération en génération. dans laquelle Ötzi a vécu, conclut l’équipe.

Tout ceci combiné avec l’utilisation sophistiquée de plantes et de champignons pour traiter ses maladies, suggère que Ötzi faisait partie d’une culture avec une certaine connaissance de l’anatomie; comment les maladies surviennent et comment les traiter, affirment les scientifiques. Cependant, ce qu’ils ne savent pas, c’est si l’un de ces traitements a réellement fonctionné.

En effet, car même de nos jours les tatouages, l’acupuncture et les herbes médicinales, n’ont jamais produit de résultats réellement convaincants et scientifiquement prouvés.

Source : Science