sucre-maladies-métaboliques

Des scientifiques japonais ont démontré que le moment de la consommation de sucre au cours de la journée affectait la probabilité de contracter une maladie métabolique. Ils ont rapporté leurs résultats dans PLOS ONE.

Sucre plus activité physique égale moins de maladie

Un mode de vie sédentaire associé à un régime dominé par des aliments transformés a entraîné de nombreuses affections, notamment le diabète, l’obésité et l’hypertension artérielle, connus collectivement sous le nom de syndrome métabolique. Il reste encore beaucoup à comprendre sur l’interaction complexe entre les facteurs génétiques, environnementaux et liés au mode de vie pour prévenir cette maladie.

Le saccharose, une forme courante de sucre composé de glucose et de fructose, est associé à des conditions telles que l’obésité et l’hypertension lorsqu’il est consommé en excès. Dans une étude menée par des chercheurs de l’université de Nagoya, au Japon, les effets délétères de l’excès de sucre sur le corps pourraient être limités en réduisant la consommation de sucre durant certaines parties de la journée lorsque l’activité physique est plus élevée.

L’équipe a établi quatre groupes de rats ayant des régimes alimentaires différents: soit un régime riche en sucrose, soit un régime équivalent avec du saccharose remplacé par de l’amidon. Ces régimes étaient disponibles soit tout au long de la journée et de la nuit, ou seulement lorsque les rats étaient actifs. Compte tenu de la nature nocturne des rats, ils étaient plus actifs pendant la nuit.

Des rats soumis à des analyses

« Nous avons choisi d’étudier les rats car leur poids corporel est dix fois supérieur à celui du modèle animal de souris couramment utilisé et parce qu’ils ont un métabolisme plus stable », a déclaré le professeur associé Hiroaki Oda de l’Université de Nagoya. « Nous avons soumis les quatre groupes à diverses analyses, y compris le poids corporel, les lipides dans le sang et le foie et l’expression des gènes hépatiques. »

sucre-syndrome-métabolique

Les chercheurs ont démontré que lorsque les rats avaient accès à des aliments riches en saccharose uniquement la nuit, leurs taux de graisse dans le sang et le foie étaient inférieurs à ceux du groupe témoin qui avaient accès à la nourriture tout au long de la journée. La consommation alimentaire globale des rats dans les deux groupes était la même.

La lutte contre l’obésité et d’autres maladies

« Nos résultats pourraient être très importants pour la lutte contre l’obésité et d’autres maladies liées au mode de vie chez l’homme », a déclaré l’auteur principal, le Dr Sun Shumin, de l’Université de Nagoya. « Potentiellement, limiter la consommation de sucre à la partie de la journée où les gens sont les plus actifs pourrait réduire les effets dommageables de sa consommation excessive de sucre à travers le monde. »

Source : Université de Nagoya