une-nouvelle-molécule-produit-effet-anti-vieillissement

Les tendances du régime alimentaire, telles que le jeûne intermittent et la cétogenèse, sont très populaires pour leurs effets rapides sur la perte de poids, mais les scientifiques commencent également à découvrir comment ils pourraient être bénéfiques pour le corps à long terme.

Une molécule naturelle anti-vieillissement

Un exemple concret: une molécule produite lors du jeûne s’est avérée appliquée « les freins » au vieillissement du système vasculaire, un processus étroitement lié au vieillissement du corps humain dans son ensemble.

Lorsque le corps entre dans la cétose, un état métabolique induit par les régimes à jeun et à faible teneur en glucides, il se tourne vers les graisses stockées dans le corps pour produire de l’énergie plutôt que du glucose. L’une de ces sources d’énergie, appelées cétones, est une molécule que les scientifique ont nommé β-hydroxybutyrate.

« Auparavant, les études sur les corps cétoniques étaient axées sur le métabolisme énergétique, mais cette étude a démontré qu’il existe d’autres effets physiologiques qui régulent le cycle cellulaire pour retarder la progression du vieillissement », explique le Dr Ming-Hui Zou.

L’une de ces études antérieures, à l’Université de Harvard l’année dernière, a démontré que le jeûne peut altérer l’activité des réseaux mitochondriaux à l’intérieur de nos cellules, entraînant une augmentation de la durée de vie, un vieillissement plus lent et une meilleure santé.

Les cellules sénescentes 

Zou et son équipe de la Georgia State University se sont penchés sur la possibilité que les niveaux élevés de β-hydroxybutyrate aient des effets similaires en interférant avec des cellules sénescentes – des cellules qui ne peuvent plus se multiplier et se diviser.

Les scientifiques ont découvert que la β-hydroxybutyrate freinait les cellules vasculaires sénescentes au bon moment, favorisant activement la division cellulaire et les empêchant de vieillir. Une fois injecté chez la souris, il a également été constaté qu’elle favorisait la production de cellules souches, qui protègent contre la sénescence liée à l’ADN pour maintenir les vaisseaux sanguins en santé.

« Nous pensons que c’est une découverte très importante et nous travaillons sur la recherche d’un nouveau produit chimique capable de reproduire l’effet de la fonction de ce corps cétonique », explique Zou.

Trouver un composé qui pourrait imiter cet effet 

« Nous essayons d’adopter une approche globale pour réduire les maladies cardio-vasculaires et la maladie d’Alzheimer. Il est difficile de convaincre les gens de ne pas manger pendant les 24 prochaines heures pour augmenter la concentration de ce composé. Trouver un composé qui pourrait imiter cet effet tout en permettant aux gens de manger, cela rendrait la vie plus agréable et aiderait à combattre plusieurs maladie.  »

Cette recherche a été publiée dans le journal Molecular Cell.

Source : Georgia State University