insectes-ravageurs

On a longtemps cru que les systèmes nerveux complexes, étaient réservés aux animaux évolués, mais les plantes ont une sorte de système nerveux. En effet, des biologistes des plantes ont découvert que lorsqu’une feuille était mangée ou attaquée, elle avertissait les autres feuilles en utilisant les mêmes signaux que les animaux. Cette nouvelle recherche commence à dévoiler un mystère de longue date concernant la manière dont les différentes parties d’une plante communiquent entre elles.

Les plantes ont une sorte de système nerveux

Les cellules nerveuses animales se parlent à l’aide d’un acide aminé appelé glutamate qui, après avoir été libéré par une cellule nerveuse excitée, aide à déclencher une vague d’ions calcium dans les cellules adjacentes. L’onde descend dans la cellule nerveuse suivante, qui transmet un signal au suivant en ligne, permettant une communication à longue distance.

Mais les scientifiques étudiaient autre chose quand ils sont tombés sur cette découverte: comment les plantes réagissent-elles à la gravité ? Ils ont mis au point un capteur moléculaire capable de détecter une augmentation du calcium, ce qui, selon eux, pouvait jouer un rôle important. Ils ont placé un de ces capteurs, qui brille davantage lorsque les niveaux de calcium augmentent, sur une plante appelée Arabidopsis. Ils ont ensuite coupé une de ses feuilles pour voir s’ils pouvaient détecter une activité calcique.

Une vague de lueur

Ils ont immédiatement vu une lueur devenir plus brillante, puis plus faible, juste à côté de la blessure; alors la lueur est réapparue plus loin jusqu’à ce que la vague de calcium atteigne les autres feuilles (voir la vidéo ci-dessus), rapportent-elles aujourd’hui dans Science. D’autres études ont mis en évidence le glutamate comme déclencheur de l’onde calcique.

Bien que les biologistes des plantes savaient déjà que les modifications apportées à une partie d’une plante étaient détectées par les autres, ils n’avaient aucune idée de la manière dont cette information était transmise.

Mieux prévoir les attaques des insectes ravageurs 

Maintenant qu’ils ont vu l’onde de calcium et le rôle du glutamate, les chercheurs peuvent mieux surveiller et – peut-être même un jour manipuler – les communications internes des planes et identifier plus rapidement une épidémie d’insectes ravageurs qui peuvent détruire des milliers de plantes en quelques jours.

Source : Science