volcan-katla-co2

Katla (au centre à droite de la photo) est un volcan d’Islande recouvert d’une calotte glaciaire. C’est l’un des volcans les plus actifs et les destructeurs de ce pays. Une nouvelle étude révèle que Katla, malgré le fait qu’il soit en grande partie étouffé par un glacier d’environ 200 mètres d’épaisseur en moyenne, parvient encore à expulser de grandes quantités de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère.

Katla émet plus de CO2 que tous les volcans d’Islande 

Pour aider à comprendre comment Katla arrive à faire cela, des chercheurs ont piloté un aéronef chargé de capteurs autour du pic à basse altitude trois fois en 2016 et 2017. À certains endroits près du volcan, les niveaux de CO2 étaient environ 8% plus élevés que la normale.

Grâce à des simulations informatiques, l’équipe a identifié quelques sources possibles de CO2 qui se déverse en excès dans l’atmosphère, y compris des emplacements sur le flanc ouest du volcan, où des eaux de fonte remplies de gaz dissous émergent sous le glacier recouvrant un pic. Parmi les autres sources potentielles, citons certaines des caractéristiques de Katla, comme des trous de coulées qui se trouvent sur le glacier près de son sommet.

Sur la base des modèles et des données de l’équipe, Katla émet chaque jour entre 12 000 et 24 000 tonnes de dioxyde de carbone, rapportent les chercheurs en ligne cette semaine dans Geophysical Research Letters. C’est plusieurs fois plus élevé que les précédentes estimations des émissions de tous les volcans islandais réunis – ce qui peut être largement sous-estimé car seulement deux des volcans sous-glaciaires de ce pays ont été mesurées en détail quant à la quantité de CO2 qu’ils émettent.

Une estimation qui est peut-être trop basse

Les scientifiques estiment que les volcans à travers le monde émettent en moyenne environ 1,5 tonne de CO2 par jour – soit environ 2% seulement de la quantité produite par l’activité humaine. Pourtant, cette estimation est peut-être trop basse car elle est basée sur des mesures de seulement 33 des pics les plus actifs sur le plan volcanique, dont seulement trois sont recouverts de glace.

Parmi les quelque 1500 volcans qui ont éclaté ces 10 000 dernières années. Des données supplémentaires recueillies en Islande, ainsi qu’en Antarctique, qui abrite des dizaines de volcans étouffés par la glace, pourraient aider les scientifiques à mieux évaluer les émissions de CO2 volcaniques de la planète.

Source : Science