jeune-homme-paralysé-marche-stimulation-électrique

Un dispositif de stimulation électrique combiné à une rééducation intensive rétablit la capacité de marche d’un patient atteint d’une lésion de la moelle épinière

Le mantra de Jered Chinnock était «soulevez la jambe, donnez un coup de pied». Ces actions jumelées faisaient toutes parties d’une dure routine de rééducation que l’homme du Wisconsin a suivie après un accident de motoneige à 26 ans.

Un homme marche de nouveau après un accident

Associé à la rééducation pénible, Chinnock avait un dispositif implanté dans la colonne vertébrale inférieure, transmettant les signaux électriques du cerveau aux muscles sous tension. L’équipe, travaillant avec lui, a espéré qu’un jour, les mouvements répétitifs et ciblés ainsi que les signaux émis par l’appareil le rendraient capable de marcher à nouveau.

Ce jour est venue. Les années à lever la jambe et à donner un coup de pied ont été payantes. Les chercheurs ont rapporté le 24 septembre dans Nature Medicine que Chinnock, maintenant âgé de 29 ans, est la première personne atteinte de paralysie complète des membres inférieurs à marcher de manière indépendante.

«C’est une recherche très intéressante», déclare Ann Parr, professeur adjoint de neurochirurgie à l’Université du Minnesota, qui n’a pas participé à l’étude. « Il n’y a pas eu de véritables options de traitement, et cela a été très frustrant pour les patients, leurs familles et la communauté neurochirurgicale. »


space
Il a suivi un protocole de soins pour les personnes blessées

En effet, juste après que l’accident de 2013 ait paralysé Chinnock, il a terminé les interventions chirurgicales et la rééducation qui constituent le protocole de soins de routine pour une personne blessée: une opération visant à fusionner des vertèbres sous le site de la lésion, activités en fauteuil roulant.

Ensuite, Chinnock a participé à une étude de la clinique Mayo pour voir si un dispositif de stimulation électrique implanté dans sa colonne vertébrale, associé à une rééducation, pouvait donner un résultat plus important. Quelques semaines après l’implantation, Chinnock pouvait produire des mouvements de pas en position couchée sur le côté. Ensuite, il pouvait se débrouiller seul, puis, il pouvait faire des mouvements pas à pas en position debout, avec un peu d’appui d’un entraîneur.

Atteindre le prochain objectif a pris un peu plus de temps. Après plus de 100 séances dans la clinique et 43 semaines d’exercices répétitifs ciblant différents mouvements et groupes musculaires, Chinnock a réalisé son plus gros exploit en marchant légèrement plus que la longueur d’un terrain de football.

Selon les chercheurs, la distance à laquelle il marchait en bougeant indépendamment les jambes était de 111 mètres, en une seule séance, en prenant des pauses au besoin. Bien qu’il puisse bouger indépendamment les jambes, il lui fallait encore un déambulateur et une aide d’un entraîneur pour maintenir son équilibre. Si l’appareil était éteint, il ne pouvait pas effectuer ces mouvements.

Les chercheurs bien qu’enthousiasmes ne crient pas victoire pour autant. «Les résultats sont très excitants, mais il est encore très tôt au stade où nous en sommes de cette recherche», déclare Kendall Lee, neurochirurgien à la Mayo Clinic au Minnesota et coauteur principal de l’étude, lors d’une conférence de presse. Pourtant, ajoute-t-il, «je pense que cela est très important, même si un seul patient peut retrouver le contrôle de ses membres par lui-même.».

Personne ne semble comprendre pourquoi le processus fonctionne

Une des difficultés est le fait que personne ne semble savoir pourquoi le processus de rétablissement de la mobilité du patient a été couronné de succès. L’implant consistait en une électrode implantée dans la colonne vertébrale, connectée à un dispositif contrôlé par ordinateur dans l’abdomen qui stimulait électriquement la moelle épinière.

Mais les chercheurs ne savent pas comment les nerfs se sont «réveillés de nouveau par la stimulation électrique lui permettant de reprendre les informations de son cerveau et de les utiliser pour déplacer ses jambes», explique Lee.

Lee et ses collègues ont utilisé les séances de rééducation de Chinnock pour guider le choix des signaux de l’appareil jusqu’à ce qu’ils identifient les stimuli pour chaque membre et chaque mouvement. Cette approche est «ce qui a vraiment attiré mon attention», déclare James Grau, professeur de neurosciences à l’Université Texas A&M, qui n’a pas participé à l’étude.

« C’est un progrès très important qui a un potentiel clinique énorme. » Les travaux antérieurs avec ce dispositif ont échoué parce que ces paramètres pour stimuler un mouvement n’avaient pas été déterminés, explique Grau.

D’autres patients bénéficient du même traitement

Une thérapie physique intensive combinée à une stimulation électrique est également prometteuse chez d’autres patients. Une étude, publiée le 24 septembre dans le New England Journal of Medicine, a révélé que deux des quatre patients présentant des lésions de la moelle épinière similaires, traités au Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, pouvaient marcher avec l’aide d’assistants après une thérapie similaire que le patient de la Clinic Mayo avait suivie.

Source : Scientific American