syndrome-des-mains-trangères

Le syndrome de la main étrangère, n’est pas aussi étrange que cela en a l’air – mais c’est quand même assez bizarre. Les patients se plaignent que leurs mains soient devenues «voyous», cherchant à faire des choses à leur insu, comme s’étrangler.

Le syndrome de la main étrangère expliqué

«Ils s’assoient sur leur main pour essayer de l’empêcher de bouger», explique Ryan Darby, neurologue et neuroscientifique à la Vanderbilt University de Nashville. «Ils ne sont pas fous. Ils savent qu’il n’y a pas quelque chose qui contrôle leur bras, qu’ils ne sont pas possédés. Mais ils ont vraiment l’impression de ne pas avoir le contrôle. »

Maintenant, une étude analysant la localisation des lésions cérébrales chez ces patients – et chez ceux qui présentent un mutisme akinétique, dans laquelle les gens peuvent gratter une démangeaison et mâcher de la nourriture placée dans leur bouche sans se rendre compte qu’ils ont commencé ces mouvements – montre comment notre cerveau sait ce qui se passe dans notre corps.

Ce travail montre comment les neurosciences commencent à aborder des éléments de la nature biologique du libre arbitre. «Je pense que c’est un travail vraiment agréable, fait avec soin et présenté de manière réfléchie», déclare Kevin Mitchell, neurogénéticien au Trinity College de Dublin qui étudie la perception et qui n’a pas participé à cette étude.

Le libre arbitre existe-t-il ?

Les philosophes ont lutté pendant des millénaires avec des questions sur le libre arbitre – c’est-à-dire si nous sommes des conducteurs actifs ou des observateurs passifs de nos décisions. Les neuroscientifiques font de la danse à claquette autour de cette question en se demandant pourquoi la plupart d’entre nous ont le besoin d’avoir un libre arbitre. Ils le font en examinant de rares cas dans lesquels des personnes semblent l’avoir perdu.

Les patients atteints à la fois du syndrome des membres étrangers et du mutisme akinétique ont des lésions au cerveau, mais il ne semble pas y avoir de tendance constante. Darby et ses collègues se sont donc tournés vers une technique relativement nouvelle appelée cartographie du réseau de lésions.

Ils ont étudié la littérature pour des études d’imagerie cérébrale des deux types de patients et ont cartographié toutes leurs lésions cérébrales concernées. Ensuite, ils ont tracé ces lésions sur des cartes de régions du cerveau qui s’activaient de manière fiable en même temps, mieux connues sous le nom de réseaux cérébraux.

Bien que les lésions individuelles chez les patients atteints de troubles du mouvement aient semblé se produire sans rime ni raison, l’équipe a découvert que des emplacements apparemment arbitraires relevaient en fait de réseaux du cerveau distincts.

Les chercheurs ont comparé leurs résultats avec ceux de personnes ayant perdu un certain mouvement volontaire après une stimulation cérébrale temporaire, qui utilisait des électrodes à basse tension ou des champs magnétiques ciblés pour «désactiver momentanément les régions du cerveau».

Des réseaux cérébraux endommagés seraient responsables

Les réseaux qui ont entraîné la perte de mouvements correspondaient aux nouveaux réseaux de lésions de Darby et ses collègues. Cela suggère que ces réseaux sont impliqués dans le mouvement volontaire et la perception que nous contrôlons et sommes responsables de nos actions, rapportent les chercheurs aujourd’hui dans les Actes de la National Academy of Sciences.

Chez les patients atteints de mutisme akinétique, les chevauchements entre leurs réseaux endommagés ont «culminé» dans une région du cerveau appelée cortex cingulaire antérieur (ACC), impliquée dans le mouvement volontaire. Chez les patients atteints du syndrome des membres étrangers, l’équipe a découvert un certain chevauchement au sein de la jonction temporopariétale (TPJ), une région du cerveau fortement impliquée dans la conscience de soi.

Mais le chevauchement des pics est en réalité tombé dans une région peu étudiée appelée le précunée, qui a également été liée à la conscience de soi. Ainsi, que nous ayons ou non le libre arbitre, les chercheurs commencent à localiser les zones qui nous font sentir comme nous sommes.

Mitchell explique que ces résultats sont intrigants, mais avertit que le fait que les lésions puissent révéler les réseaux cérébraux impliqués dans les fonctions cognitives telles que la volonté ne signifie pas que les chercheurs comprennent ce qui est vraiment nécessaire pour ces fonctions et ce qui ne l’est pas. «Si vous enlevez le volant de votre voiture, vous aurez évidemment du mal à le diriger», explique-t-il. « Mais si vous avez juste un volant, vous n’aurez pas beaucoup de chance non plus. »

Darby prend soin de noter que si la volonté est un élément lié au libre arbitre, cette nouvelle étude ne tente pas de répondre à la question primordiale de savoir si le cerveau humain est indépendamment responsable de ses décisions et de ses actions.

Les neurosciences commencent à aborder ce sujet

Pour Patrick Haggard, un neuroscientifique de l’University College London qui s’est toujours posé des questions sur le libre arbitre, c’est toujours un article très bien accueilli. «La capacité de décider et d’agir est fondamentale pour savoir qui est une personne et comment notre société fonctionne», a-t-il déclaré.

«Pendant longtemps, on a pensé que cela était inaccessible aux neurosciences. Cette étude est un bon exemple montrant que les neurosciences commencent à aborder notre façon d’agir. »

Source : Science

Crédit photo : Alexa Mazzarello