effet-des-fruits-légumes

De nouvelles recherches ont révélé que la fisétine – un flavonoïde naturel présent dans de nombreux fruits et légumes – agissait comme un agent sénolytique efficace en nettoyant les cellules vieillissantes endommagées, en améliorant la santé et en prolongeant la durée de vie.

Un composé anti-vieillissement dans les fruits et légumes

Lorsque nos cellules perdent leur capacité à se diviser et à se répliquer efficacement, elles meurent généralement et sont éliminées par notre système immunitaire. Mais, à mesure que nous vieillissons, notre système immunitaire devient moins efficace pour éliminer ces cellules endommagées. Appelées cellules sénescentes, de nombreux chercheurs ont émis l’hypothèse que leur accumulation serait la cause de nombreuses maladies chroniques liées à l’âge.

De nombreux travaux sont en cours pour mettre au point des médicaments sénolytiques efficaces; des composés conçus pour aider à nettoyer le corps de ces cellules sénescentes dans l’espoir de réduire divers symptômes que nous associons généralement au vieillissement. Plus tôt cette année, une équipe de chercheurs a révélé qu’une combinaison de deux médicaments avait permis de réduire efficacement le nombre de cellules sénescentes lors d’expériences sur les souris et de prolonger la durée de vie des animaux.

La fisétine était la plus puissante

La même équipe a maintenant publié un nouveau document développant les précédents travaux et ciblant des agents sénolytiques meilleurs et plus puissants. Cette nouvelle recherche a testé dix composés flavonoïdes différents et a révélé que la fisétine présentait les effets sénothérapeutiques les plus puissants dans des expériences sur des tissus humains et sur des souris.

Ce n’est pas la première fois que la fisétine est impliquée dans des effets anti-âge bénéfiques. Une étude réalisée en 2014 sur des souris conçues pour développer la maladie d’Alzheimer a suggéré que ce composé empêchait la progression de la perte de mémoire et des difficultés d’apprentissage. À l’époque, les chercheurs ne pouvaient qu’émettre l’hypothèse de la manière dont la fisétine pouvait empêcher le développement de la maladie d’Alzheimer puisqu’elle semblait, de manière inattendue, n’avoir aucun effet sur l’accumulation de plaques amyloïdes, considérées comme la principale cause de la maladie.

La sénescence cellulaire et les symptômes des maladies neurodégénératives

Ce n’est que récemment que les chercheurs ont commencé à étudier les associations entre les maladies neurodégénératives et la formation de cellules sénescentes. Le mois dernier, une étude d’une équipe de la Mayo Clinic a révélé la possibilité d’un lien de causalité entre la sénescence cellulaire du cerveau et les symptômes de la maladie neurodégénérative.

Cette nouvelle découverte ajoute à l’hypothèse croissante selon laquelle le ciblage des cellules sénescentes dans le cerveau peut constituer une stratégie efficace pour lutter contre la démence.

L’une des innovations-clés de cette nouvelle recherche est l’utilisation d’une technologie appelée cytométrie de masse pour observer directement le fonctionnement d’un composé donné dans une cellule. Cette technologie, utilisée pour la première fois dans une recherche sur le vieillissement, a permis aux scientifiques d’observer de près si un traitement ciblait effectivement des cellules sénescentes spécifiques.

« En plus de montrer que ce médicament fonctionne, il s’agit de la première démonstration montrant les effets du médicament sur des sous-ensembles spécifiques de ces cellules endommagées dans un tissu vivant », a déclaré Paul Robbins, l’un des chercheurs du projet.

Un traitement qui réduit les pathologiques liés à l’âge

En plus de sa capacité à fonctionner en tant qu’agent sénolytique puissant, cette étude a examiné les effets de la fisétine sur la santé et la durée de vie, en particulier lorsqu’elle est administrée à un stade avancé à des souris âgées. Le traitement a permis de réduire divers biomarqueurs pathologiques liés à l’âge et d’allonger la durée de vie médiane des animaux.

Il est important de noter que cette recherche n’en est encore qu’à ses débuts et n’est actuellement vérifiée que sur des modèles de souris. Comme de nombreux scientifiques peuvent en témoigner, le passage d’essais des animaux vers l’homme peut souvent être long. Cependant, les origines naturelles de la fisétine et ses antécédents quant à sa sécurité chez l’homme, suggèrent que cette recherche devrait pouvoir passer rapidement à des essais cliniques chez l’homme, offrant davantage de clarté quant à savoir si ce traitement offrira des effets anti-vieillissement chez les sujets âgés.

Prolonger la période de santé

« Ces résultats suggèrent que nous pouvons prolonger la période de santé, appelée healthspan, même vers la fin de la vie », a déclaré Robbins. « Mais il reste encore de nombreuses questions à résoudre, notamment trouver le bon dosage. » Les résultats de cette nouvelle étude ont été publiés dans EBioMedicine.

Source: University of Minnesota