découvrir-la-vie-exoplanètes

L’accroissement de la présence des plantes était crucial pour transformer la Terre en un monde dans lequel les humains peuvent maintenant vivre – et la Terre pourrait ne pas être la seule planète où ce processus a eu lieu. Les scientifiques ont donc décidé d’enquêter sur l’histoire végétale de la Terre afin d’examiner comment elle pourrait nous guider pour la recherche d’exoplanètes habitables.

La végétation pourrait nous aider à découvrir des signes de vie

Le résultat est un nouveau document qui se concentre sur ce que les scientifiques appellent le bord rouge de la végétation, ce qui signifie simplement que la Terre réfléchit une quantité relativement importante de lumière du proche infrarouge. « Nous utilisons l’histoire de la Terre comme une clé pour trouver la vie dans l’univers », a déclaré Lisa Kaltenegger, coauteur de la recherche, et astronome à l’Université Cornell, dans un communiqué.

« En examinant comment la vie a modifié la biosignature de la Terre au fil du temps, elle pourrait ainsi nous aider à déterminer quelles planètes sont les plus susceptibles d’abriter la vie, ce qui nous donne les meilleures chances de localiser avec succès les exoplanètes habitables

Les scientifiques à l’origine de cette nouvelle recherche ont examiné comment le bord rouge de la végétation de la Terre, perçu par un extraterrestre, changerait avec le temps, à mesure que les plantes évoluaient et se répandaient sur Terre. Les premières plantes vertes, comme les mousses, ont produit un très faible signal de bord rouge. Mais maintenant, 400 ou 500 millions d’années plus tard, les plantes et les arbres produisent un signal environ deux fois plus puissant.

Le signal de la végétation devenait plus fort

« Nos travaux montrent qu’à mesure que les plantes évoluaient sur la Terre, le signal de la végétation révélant leur présence devenait plus fort, faisant des exoplanètes plus anciennes des endroits vraiment intéressants pour la recherche de végétation », a déclaré Kaltenegger.

En outre, les chercheurs estiment que le signal deviendra encore plus perceptible si la Terre continue de se réchauffer et de s’assécher, car les cactus reflètent particulièrement cette lumière du proche infrarouge. Pour les astrobiologistes c’est une nouvelle approche très intéressante, car même aujourd’hui, il serait difficile d’apercevoir le bord rouge de la végétation de la Terre.

De plus, même en tenant compte de différents types de plantes et de la couverture nuageuse, les scientifiques ont découvert que la Terre avait une apparence très différente par rapport aux autres planètes du système solaire – ce qui est un signe prometteur pour l’utilisation de cette technique.

Modifier les modèles selon la végétation

« Observer une exoplanète est plus difficile, mais la technologie des télescopes parvient à mieux détecter les minuscules signaux », a déclaré le coauteur, Jack O’Malley-James, également astronome à la Cornell University. « Toutefois la prise en compte des paysages changeants de la Terre dans nos modèles de recherche facilitera la détection de la végétation dans le futur sur d’autres mondes, lors des prochaines missions ou grâce aux satellites qui en ce moment recherchent la présence des exoplanètes, comme celui de la NASA appelé TESS. »

Cette recherche est décrite dans un article publié le 12 septembre dans la revue Astrobiology.