sérine-moins-de-graisse-corporelle

Des souris recevant de la sérine dissoute dans de l’eau ont accumulé moins de graisse corporelle et avaient moins de stress oxydatif. En effet, une équipe de scientifiques a découvert que la sérine – un acide aminé – pouvait réduire l’obésité et le stress oxydatif liés à l’âge. Ils ont publié leurs conclusions dans Frontiers in Endocrinology.

La sérine réduit l’obésité et le stress oxydatif liés à l’âge

Le vieillissement est un processus complexe de déclin progressif des fonctions physiologiques globales, entraînant une diminution de la capacité de résistance aux dommages et une vulnérabilité accrue aux maladies et au risque de décès.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que le dysfonctionnement mitochondrial causé par la sur-accumulation d’espèces réactives de l’oxygène (ROS) lors de la respiration cellulaire est l’un des inducteurs du vieillissement.

Des études antérieures avaient démontré que la sérine exerçait des effets importants sur la clairance des ROS dans de nombreux modèles de maladie chez les rongeurs. Les effets de l’administration de sérine sur le stress oxydatif au cours du vieillissement sont moins bien compris.

Dans la présente étude, des chercheurs de l’Institut d’agriculture subtropicale des sciences ont mené une expérience de six mois visant à explorer les effets de l’administration de sérine sur le vieillissement. Ils ont dissous diverses concentrations de sérine dans de l’eau et l’ont administrée à des souris âgées de 18 mois.

Les souris accumulaient moins graisse corporelle 

Les chercheurs ont découvert que les souris, recevant une solution de sérine à 0,5% (en poids / volume) accumulaient beaucoup moins de graisse corporelle, et étaient moins enclins à l’obésité.

Les souris qui buvaient la solution de sérine présentaient également des taux de ROS plus faibles et une activité plus faible de la nicotinamide adénine dinucléotide phosphate oxydase dans l’hypothalamus, indiquant qu’elles présentaient un stress oxydatif moins important.

De plus, les chercheurs ont noté des niveaux d’expression plus élevés d’un gène impliqué dans le métabolisme du glucose et des graisses et une activité plus faible d’un gène impliqué dans l’inflammation et le stress oxydatif chez des souris qui buvaient de l’eau contenant de la sérine.

« Nos résultats suggèrent que la sérine pourrait être utilisée dans la prévention de l’obésité et du stress oxydant liés à l’âge », a déclaré le Dr Zhou Xihong de l’Institut d’agriculture subtropicale.

Source : Chinese Academy of Sciences