180348701

À la suite de la légalisation du cannabis au Canada, une équipe de scientifiques de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a fourni des nouvelles encourageantes aux personnes souffrant de douleur chronique en précisant la dose efficace d’extrait de la marijuana cannabidiol (CBD) qui soulage la douleur sans le «high» ou l’euphorie typique produit par le THC. Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue PAIN.

La CBD n’agit pas comme le THC

Le cannabis indica et le sativa sont les deux principales souches de cannabis qui produisent les principes pharmacologiques connus sous le nom de tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD) . L’équipe de Gabriella Gobbi a démontré que le CBD n’agissait pas sur les récepteurs cannabinoïdes CB1 comme le THC, mais par le mécanisme qui lie les récepteurs spécifiques impliqués dans l’anxiété (sérotonine 5-HT1A) et la douleur (vanilloïde TRPV1).

Les chercheurs ont pu extrapoler la dose exacte de CBD présentant des propriétés analgésiques et anxiolytiques sans le risque de dépendance et d’euphorie classiquement produites par le THC.

«Dans les modèles animaux de douleur neuropathique ou chronique, nous avons constaté que de faibles doses de CBD administrées pendant sept jours atténuaient la douleur et l’anxiété, deux symptômes souvent associés», explique le premier auteur de l’étude, Danilo De Gregorio, boursier post-doctoral de l’Université McGill, dans le laboratoire du Dr Gobbi.

Des applications en médecine

L’auteur principal, le Dr Gobbi, chercheur au sein du programme BRaIN de l’IR-CUSM sur la réparation du cerveau et les neurosciences intégratives, voit dans cette initiative un progrès pour l’application fondée sur des preuves du cannabis en médecine, le CBD offrant probablement une alternative sûre au THC et aux opioïdes. pour la douleur chronique, telle que la douleur dorsale, la sciatique, le diabète, le cancer ou la douleur post-traumatique.

«Nos résultats élucident le mécanisme d’action de la CDB et montrent qu’il peut être utilisé comme médicament sans les effets secondaires dangereux de la THC», déclare le Dr Gobbi, professeur de psychiatrie à la Faculté de médecine de l’Université McGill et membre du personnel en psychiatre au CUSM. « Cette recherche est une nouvelle avancée pour une application du cannabis en médecine fondée sur des preuves. »

Malgré l’usage généralisé du public, il n’y a que peu d’études cliniques sur la CBD, qui est devenue légale au Canada le 17 octobre 2018 à la suite de l’adoption de la Loi canadienne sur le cannabis.

Des essais cliniques plus robustes sont nécessaires

«Quelques données montrent que la CBD soulage la douleur chez l’homme, mais des essais cliniques plus robustes sont nécessaires», explique le Dr Gobbi, titulaire d’une récente subvention pour son étude sur les effets pharmacologiques de la CBD.

Source : University MC Gill NewsRoom