nouvelle-structure-cellulaire-humaine

Des chercheurs du Karolinska Institutet, en collaboration avec des collègues britanniques, ont découvert une nouvelle structure dans les cellules humaines. Cette structure est un nouveau type de complexe protéique que la cellule utilise pour se fixer à son environnement, et joue un rôle-clé dans la division cellulaire. Cette étude a été publiée dans la revue Nature Cell Biology.

Une nouvelle structure cellulaire a été découverte

Les cellules d’un tissu sont entourées d’une structure en réseau appelée matrice extracellulaire. Pour se fixer à la matrice, les cellules ont à leur surface des molécules réceptrices qui contrôlent l’assemblage de plus grands complexes protéiques à l’intérieur. Ces complexes d’adhésion relient l’extérieur à l’intérieur de la cellule, et signalent également à la cellule son environnement immédiat, ce qui affecte ses propriétés et son comportement.

Des chercheurs du Karolinska Institutet ont découvert un nouveau type de complexe d’adhésion, doté d’une composition moléculaire unique, qui le distingue de ceux déjà connus. Cette découverte a été faite en collaboration avec des chercheurs britanniques.

Une découverte surprenante

«C’est incroyablement surprenant qu’une nouvelle structure cellulaire ait été découverte en 2018», explique Staffan Strömblad, chercheur principal, professeur au département de biosciences et de nutrition du Karolinska Institutet. « L’existence de ce type de complexe d’adhérence nous a complètement dépassés. »

Le complexe d’adhésion nouvellement découvert peut apporter des réponses à une question qui depuis longtemps est resté sans réponse: comment la cellule peut rester attachée à la matrice pendant la division cellulaire. Les complexes d’adhésion précédemment connus se dissolvent pendant ce processus pour permettre à la cellule de se diviser. Mais ce n’est pas le cas avec ce nouveau type de complexe d’adhésion.

«Nous avons démontré que ce nouveau complexe d’adhésion demeurait attaché à la cellule lors de la division cellulaire», explique le professeur Strömblad.

nouvelle-structure-3DProjection 3D d’une cellule cancéreuse sur le point de subir une division cellulaire et adhérant au substrat avec des adhérences réticulaires. Bleu – Chromatine / ADN; Rouge – membrane cellulaire; Vert / Jaune au fond de la cellule – Adhérences réticulaires. Photo de microscopie confocale par John Lock.

Une fonction de la mémoire cellulaire 

Les chercheurs ont également démontré que ces structures récemment découvertes contrôlaient la capacité des cellules filles à occuper le bon emplacement après la division cellulaire. Cette fonction de la mémoire cellulaire a été interrompue lorsque les chercheurs ont bloqué le complexe d’adhésion.

Cette étude a été réalisée sur des lignées cellulaires humaines, principalement par microscopie confocale et spectrométrie de masse. Des recherches supplémentaires sont maintenant nécessaires pour examiner ce nouveau complexe d’adhésion dans les organismes vivants.

«Nos résultats soulèvent de nombreuses nouvelles questions sur la présence et le fonctionnement de ces structures», a déclaré le professeur Strömblad. « Nous pensons qu’ils sont également impliqués dans d’autres processus que la division cellulaire, mais cela reste à découvrir. »

Une « adhérence réticulaire »

Les chercheurs appellent cette nouvelle structure cellulaire «une adhérence réticulaire» reflétant leur forme réticulée ou leur forme semblable à un filet.

Cette étude a été financée par des subventions du septième programme-cadre de l’UE et Horizon 2020, de la Fondation suédoise pour la recherche stratégique, du Conseil suédois de la recherche, de la Société suédoise du cancer et de Cancer Research UK.

Source : Karolinska Institutet