les-tempête-géantes-de-mars-formation-de--perchlorates

La planète rouge est une source riche de perchlorates; des composés chimiques utilisés dans les engrais et le carburant pour fusées, qui se forment rarement de manière naturelle sur Terre. Des expériences en laboratoire suggèrent maintenant comment ces composés inhabituels sont créés sur Mars: à partir des champs électriques, formés par les tempêtes de poussière mondiales, ainsi que des tourbillons connus sous le nom de diables de poussière (dust devils).

Du perchlorate se forme naturellement sur Mars

Pendant plus de 5 ans, les scientifiques ont supposé que les perchlorates étaient relativement courants sur Mars, grâce aux preuves du Phoenix Mars Lander et du rover Curiosity. Sur Terre, les réactions chimiques qui génèrent ces composés sont généralement alimentées par la lumière du soleil. Mais des modèles de chimie atmosphérique suggèrent que la simple lumière du soleil ne suffit pas pour en créer sur Mars.

Au lieu de cela, ils indiquent que des champs puissants électriques , tels que ceux créés par l’électricité statique lors de tempêtes de poussière mondiales, pourraient dégrader les gaz de l’atmosphère martienne et provoquer ainsi des réactions générant du perchlorate.

Pour tester cette hypothèse en laboratoire, les chercheurs ont placé un mélange de gaz représentant l’atmosphère martienne – 95% de dioxyde de carbone, 2% d’azote, 2% d’argon et 1% d’oxygène – dans une grande chambre, avec une source de chlore, comme du sel de table.

Les chercheurs ont diminué la température et la pression dans la chambre jusqu’à ce qu’ils correspondent à des conditions similaires à celles de Mars. Ils ont ensuite exposé ce mélange à des champs électriques de la magnitude probablement présente dans les tempêtes de poussière martiennes et les diables de poussière (voir ci-dessus).

Du perchlorate s’est formé presque immédiatement

Presque immédiatement, certains des gaz de la chambre se sont décomposés pour former des versions hautement réactives et positivement chargées de molécules de dioxyde de carbone, de monoxyde de carbone et d’azote. Au fil du temps, ces réactions ont généré des quantités substantielles de chlorates (ions contenant un atome de chlore et trois atomes d’oxygène) et de perchlorates.

L’équipe estime que les taux de formation de perchlorate à l’intérieur des tempêtes de poussière martiennes pourraient être 10 millions de fois plus élevés que ceux provoqués par la lumière solaire, rapportent les chercheurs dans Earth and Planetary Science Letters.

Pour les astrobiologistes, les perchlorates intriguent depuis longtemps. Bien que ces substances soient toxiques pour les humains – et pourraient donc mettre en danger les futurs habitats humains sur Mars -, certains microbes peuvent utiliser des perchlorates pour alimenter leur métabolisme, ce qui ouvre la voie à la possibilité que la vie sur Mars ait été présente, mais sous une forme inhabituelle, ou que nous ne connaissons pas encore.

Source : Science