microrobots-yeux

Bien que la simple pensée d’un essaim de microrobots creusant dans un globe oculaire soit suffisante pour faire grimacer certaines personnes, maintenant des scientifiques croient que de minuscules vecteurs contrôlables pourraient être l’avenir de la médecine oculaire, des chercheurs ont mis au point une minuscule spirale en forme de rotini qui pourrait un jour être déployé par milliers pour l’administration ciblée de médicaments.

Des petits robots pour guérir les yeux

Les traitements actuels pour les maladies oculaires telles que le glaucome ou l’œdème maculaire diabétique sont administrés par injection directe ou collyre. Ces méthodes sont efficaces mais imprécises, recouvrant souvent tout l’Œil de médicaments.

Les scientifiques ont donc utilisé l’impression 3D à l’échelle nanométrique pour créer des robots en forme de spirale assez petits pour passer à travers la gelée des yeux connue sous le nom d’humour vitreux qui constitue la majeure partie du globe oculaire. Les chercheurs ont ajouté un revêtement glissant et des matériaux magnétiques afin qu’ils puissent propulser les microbots à travers l’œil à l’aide d’un champ magnétique.

Les scientifiques ont ensuite prélevé des yeux de porc dans un abattoir, puis ils ont injecté une solution contenant environ 10 000 microrobots dans chaque œil, puis les ont placés dans un champ magnétique, puis ont utilisé pour propulser les microrobots à la rétine à l’arrière de l’œil. L’imagerie a démontré que l’essaim a atteint avec succès la rétine en moins de 30 minutes, environ 10 fois plus vite que de laisser des particules de taille similaire se diffuser à travers l’œil, les chercheurs ont rapporté la semaine dernière dans Science Advances.

Bientôt chez les humains

Cette technologie est encore loin d’atteindre la phase clinique. Tout d’abord, les chercheurs doivent tester les microrobots spiralés dans l’œil d’un animal vivant avant qu’ils puissent commencer à le faire chez des patients humains. Ensuite, ils doivent trouver un nouveau matériau sécuritaire, et facile à se dissoudre pour les robots, qui sont actuellement fabriqués avec du nickel. Une fois que cela se produira, disent-ils, tous les yeux seront tournés vers le bon fonctionnement des microrobots chez les humains.

Source : Science