nourrir-des-milliards-humains
D’ici demain, la population de la Terre comptera environ 200 000 personnes de plus qu’à l’heure actuelle, et à ce taux élevé de croissance il ne faudra pas longtemps pour que les chiffres augmentent bien au-delà de notre population actuelle de 7,6 milliards de personnes.
En fait, les Nations unies prévoient que le monde aura besoin de soutenir 9,8 milliards de personnes d’ici 2050, ce qui soulève des questions sur la façon dont notre planète surchargée de travail sera capable de gérer une telle pression sur les ressources naturelles.

Nourrir 9,8 milliards de personnes

Une nouvelle étude publiée dans le rapport des Nations Unies, sur la durabilité n’atténue guère ces préoccupations. Comme le rapporte Chase Purdy pour le Quartz, les chercheurs de l’Université Norvégienne des Sciences et de la technologie se sont appuyés sur des décennies de données démographiques provenant de 186 pays pour déterminer les tendances de la taille et du poids des humains.
L’équipe a constaté qu’entre 1975 et 2014, l’adulte moyen a augmenté de 1,3% en hauteur et de 14% en poids, déclenchant une hausse de 6,1% de la consommation d’énergie. À cause de cette augmentation de la masse corporelle, le nombre moyen de calories par jour est passé de 2465 en 1975 à 2615 en 2014.
Essentiellement, le coauteur de l’étude, Gibran Vita, explique dans un communiqué, que les résultats suggèrent que nourrir 9 milliards de personnes aujourd’hui représenterait une tâche entièrement différente que de nourrir ce même nombre en 2050. En se basant sur les gains de poids et de taille prévus, l’humain moyen de l’avenir sera plus grand que son homologue de 2018 et, par conséquent, aura besoin de plus de nourriture.
Il y a un certain nombre de facteurs qui influencent cette prédiction, écrivent les chercheurs dans leur rapport. Au cours de la période étudiée, la demande en énergie alimentaire mondiale a augmenté de 129%. La croissance de la population, en pleine expansion, est à l’origine de 116% de cette augmentation, tandis que les gains de poids et de taille représentent 15% de plus.
Les populations vieillissantes, qui ont tendance à exiger des niveaux d’énergie plus faibles, ont neutralisé cette croissance de 2%, laissant le chiffre final à 129% plutôt que 131%.

Des changements biodémographiques cumulatifs

“Étant donné que les effets des changements biodémographiques sont cumulatifs, nous pouvons nous attendre à ce que l’inertie observée s’étende dans le futur”, notent les auteurs. « En se basant sur les tendances, nourrir neuf milliards de personnes en 2050 exigera beaucoup plus de calories que nourrir les mêmes personnes aujourd’hui.”

homme-1975-2014 Des chercheurs ont analysé des décennies de données démographiques provenant de 186 pays.

Les besoins en énergie ont augmenté

David Jones, de Market Business News, écrit que le gain de poids moyen varie de 6 à 33% dans les 186 pays étudiés. Les besoins en énergie ont augmenté de 0,9 à 16%. Les pays africains affichaient les gains les plus importants dans les deux catégories, tandis que les pays asiatiques affichaient les gains les plus faibles. Un habitant moyen des Tonga, par exemple, pèse 92 Kg et a besoin de 800 calories de plus par jour que le résident Vietnamien moyen, qui pèse environ 51 Kg.
Selon l’étude, les besoins alimentaires ne vont pas toujours de pair avec des gains de poids et de taille. Bien que le Japon ait connu des augmentations de poids et de taille entre 1975 et 2014, ce pays a maintenu un niveau similaire de demande alimentaire – un phénomène qui s’explique par le vieillissement rapide de sa population.
Inversement, les résidents de l’Inde ont des besoins énergétiques accrus basés sur des gains de poids moyens et un vieillissement modéré. L’environnement, le mode de vie et les facteurs génétiques ont probablement contribué à ces écarts.
Les scientifiques ont déjà proposé toute une série de solutions pour faire face à cette tâche redoutable, consistant à nourrir neuf milliards de personnes, mais comme le dit l’auteur principal Felipe Vásquez dans sa déclaration, les recherches antérieures ont largement supposé que les besoins alimentaires des adultes resteraient constants dans le temps et dans les pays.

Des études incomplètes

« Les précédentes études n’ont pas tenu compte des demandes croissantes des individus plus grands et des sociétés âgées dans le calcul des besoins alimentaires futurs d’une population croissante », conclut Vásquez. « Ces hypothèses peuvent mener à des erreurs dans l’évaluation de la quantité de nourriture dont nous aurons réellement besoin pour répondre à la demande dans le futur. »
Source : Smithsonian

Bientôt l'humain sera plus grand et plus lourd martinSociété
D'ici demain, la population de la Terre comptera environ 200 000 personnes de plus qu'à l'heure actuelle, et à ce taux élevé de croissance il ne faudra pas longtemps pour que les chiffres augmentent bien au-delà de notre population actuelle de 7,6 milliards de personnes. En fait, les Nations unies...