stimulation-zone-du-cerveau-contre-la-dépression
Stimuler électriquement le cortex orbitofrontal latéral, une zone du cerveau derrière les yeux, améliore les humeurs des personnes dépressives, selon une étude publiée dans Current Biology.

Traiter la dépression par la stimulation profonde

La technique utilisée par les chercheurs, dirigée par Edward Chang de l’Université de Californie, San Francisco, est appelée la stimulation cérébrale profonde (DBS), dans laquelle des électrodes implantées chirurgicalement envoient des impulsions électriques à des zones particulières du cerveau.
Cette approche est déjà utilisée pour traiter des troubles du mouvement tels que la maladie de Parkinson et les tremblements. Mais les résultats sur sa capacité à traiter la dépression ont toujours été mitigés, comme le rapporte la NPR.
Les chercheurs ont travaillé avec 25 patients épileptiques qui avaient déjà des électrodes implantées dans leur cerveau dans le cadre de leurs traitements. Bon nombre des participants de  cette étude présentaient également des signes de dépression selon les tests d’humeur administrés par les chercheurs, rapporte Science News.

Le cortex orbitofrontal latéral

Les chercheurs ont essayé de stimuler de nombreuses régions du cerveau, et ils ont constaté que les chocs au niveau du cortex orbitofrontal latéral ont permis aux patients ayant des signes de dépression de se sentir mieux instantané.
« Wow, je me sens beaucoup mieux. Qu’avez-vous les gars ? » Kristin Sellers, coauteure de cette étude, se souvient d’une patiente qui s’est exclamée de cette façon après avoir reçu une stimulation profonde de son cortex orbitofrontal, dit-elle à la NPR.
« Seuls les gens qui avaient des symptômes de dépression présentaient une amélioration de leur humeur, ce qui suggère que peut-être l’effet de ce que nous avons fait permet de normaliser l’activité de cette zone,  » ajoute un autre coauteur, Vikram Rao.
Les effets se sont dissipés peu après la fin de la stimulation, rapporte la NPR.
La dernière étude offre « plus de preuves que la DBS est quelque chose qui est réel et qui permet de traiter la dépression, »  explique Al Fenoy, un professeur agrégé de neurochirurgie à l’Université du Texas Health Science Center à Houston Medical School, qui n’était pas été impliqué dans cette recherche.

Un dispositif pour surveiller l’OFC

Fenoy a également découvert que stimuler une région différente, ayant des liens avec l’OFC (Orbitofrontal cortex), peut également soulager la dépression. L’équipe de Chang espère maintenant développer un dispositif qui pourrait surveiller l’OFC et le stimuler au besoin pour réguler l’humeur selon les besoins des patients atteints de dépression.

300 millions de personnes touchés par la dépression

Espérons que cette nouvelle approche permettra de mieux contrôler la dépression, car selon la World Health Organization, cette maladie toucherait environ 300 millions de personnes dans le monde, et de ce nombre 800 000 se suicideraient à chaque année. De plus, dans plusieurs pays, seulement 10% des personnes dépressives recevraient un traitement adapté à leur état.
Source : The Scientist