chauve-souris
“Jusqu’à présent, nous ne savions pas grand-chose sur ce que faisaient les animaux lorsqu’ils volaient, puisque nous nous sommes concentrés surtout sur le vol régulier (steady flight). Le vol régulier n’est en fait pas très courant chez les animaux qui volent dans la nature.

Des mesures sur le vol des chauves-souris

Des chercheurs ont maintenant effectué des mesures aérodynamiques sur les chauves-souris et nous pouvons voir à quel point elles sont flexibles. Elles tournent de plusieurs façons selon l’endroit où elles se trouvent en quelques battements d’ailes”, explique Per Henningsson, biologiste à l’Université de Lund.
“Il est vraiment fascinant de voir à quel point ce mouvement est complexe et élégant, et comment les chauves-souris choisissent la meilleure solution juste au moment où elles décident de commencer une manœuvre”, poursuit-il. Une vidéo de cette étude montre comment les chauves-souris manoeuvrent pour saisir une proie :

Des résultats applicables pour de futurs drones

Pour les chauves-souris, la technique de vol avec des manœuvres rapides à grande vitesse est importante pour capturer avec succès les insectes en vol, ainsi que pour limiter les possibles collisions avec divers obstacles tels que les arbres et les bâtiments. Ces résultats pourraient être importantes dans le développement de la prochaine génération de drones.
« L’un des principaux défis de l’industrie concerne le contrôle et la stabilité et permettre aux drones de ne pas rentrer en contact avec les obstacles qui se trouvent sur leur chemin durant le vol. Dans ce contexte, nos résultats sont très pertinents », explique Per Henningsson, qui n’exclut pas la possibilité que de futurs drones soient équipés d’ailes battantes.

Les aspects techniques de cette recherche

Cette étude a été menée sur deux chauves-souris à longues oreilles qui avaient été entraînées à voler dans une soufflerie. Comme proie, les chercheurs ont utilisé des vers de farine attachés à un dispositif qui pouvait être déplacé latéralement. En déplaçant ce dispositif à droite ou à gauche, les chercheurs ont fait manoeuvrer les chauves-souris pour suivre la direction de la proie.
Les chercheurs ont visualisé le flux d’air et filmé les animaux à l’aide de caméras haute vitesse. Cela leur a permis de lier l’aérodynamique aux mouvements. Les chercheurs à l’origine de cette étude sont des biologistes de l’Université de Lund et de l’Université du Sud du Danemark.
Source : Lund University