Deux médicaments coupent l’approvisionnement en énergie au cancer

, , , , Découverte https://farm5.staticflickr.com/4803/44464520510_64b0d209fe_b.jpg https://farm5.staticflickr.com/4803/44464520510_64b0d209fe_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2018/12/12/deux-medicaments-coupent-lapprovisionnement-en-energie-au-cancer/#respond
583

deux-médicaments-pour-stopper-énergie-au-cancer

Les cellules cancéreuses sont un groupe affamé, faisant appel à des quantités relativement énormes d’énergie pour nourrir leurs métabolismes. Une molécule en particulier, essentielle à ce processus, convertit les nutriments en carburant pour alimenter la croissance rapide des cellules cancéreuses.

Un cocktail de médicaments contre le cancer

Une nouvelle recherche de l’Université de Bâle décrit un cocktail de médicaments qui a pour effet de couper l’approvisionnement en énergie au cancer, amenant ces cellules à dépérir et à mourir.

Des scientifiques en biologie moléculaire de l’Université de Bâle ont découvert il y a deux ans qu’un médicament antidiabétique couramment utilisé pouvait être associé à un antihypertenseur âgé de 50 ans pour inhiber la croissance tumorale.

Nommés respectivement metformine et syrosingopine, les scientifiques savaient déjà que le premier avait des propriétés anticancéreuses, mais que le fait de le mélanger au second ne semblait avoir aucun effet significatif.

Ils ont maintenant effectué des expériences de suivi sur des souris afin de mieux comprendre comment ce processus ralentit la croissance du cancer. Ce processus est centré sur une molécule appelée NAD +, qui est essentielle à la conversion des nutriments en énergie. La NAD + est produite par deux voies cellulaires, dont l’une est bloquée par la metformine.

L’autre peut être utilisé en raison de la capacité de la syrosingopine à causer des goulots d’étranglement pour certains nutriments essentiels.

« Pour que les machines produisant de l’énergie continuent à fonctionner, la NAD + doit être générée de manière continue à partir de la NADH (ou hydrogène biologique) », explique Don Benjamin, premier auteur de l’étude. « Fait intéressant, la metformine et la syrosingopine empêchent la régénération de la NAD +, mais de deux manières différentes. »

Un processus appelé glycolyse

Le métabolisme de nombreuses cellules cancéreuses repose sur un processus appelé glycolyse, dans lequel elles produisent de l’énergie en décomposant le glucose en lactate. Mais si suffisamment de lactate s’accumule, cela provoque des blocages dans cette voie, ce à quoi les cellules cancéreuses réagissent en les expulsant par des transporteurs spéciaux.

Les effets anticancéreux de la syrosingopine, en fin de compte, sont dus à sa capacité à mettre ces transporteurs hors de combat.

« Nous avons maintenant découvert que la syrosingopine bloquait efficacement les deux principaux transporteurs de lactate et empêchait donc l’expulsant de lactate », a déclaré Benjamin. « Les concentrations intracellulaires élevées en lactate empêchent à leur tour le recyclage du NADH en NAD +. »

Les scientifiques ont découvert que les arriérés de lactate causés par la syrosingopine, associés à la metformine, bloquaient complètement la capacité des cellules à produire du NAD +, et les stocks épuisés de NAD + signifient des niveaux d’énergie insuffisants, donc la mort cellulaire du cancer.

Une découverte très importante

Les chercheurs décrivent cette découverte comme étant très importante, car il n’existe actuellement aucun médicament qui bloque les voies de transport du lactate par les cellules cancéreuses.

Ces nouvelles capacités pourraient conduire à de nouvelles thérapies contre le cancer qui tueraient rapidement les cellules cancéreuses; cela donnerait une seconde carrière pour un médicament mis au point dans les années 1950 comme antihypertenseur.

Cette recherche a été publiée dans Cell Reports.

Source : University of Basel
Crédit photo sur Unsplash : Drew Hays

https://farm5.staticflickr.com/4803/44464520510_64b0d209fe_b.jpg