google-traque-informations-utilisateurs
Le PDG de Google Sundar Pichai pense que les utilisateurs d’Android ont une bonne compréhension du volume de données que Google recueille sur eux, lorsqu’ils acceptent d’utiliser le système d’exploitation mobile Android.

Les utilisateurs des applications de Google sont traqués

L’exécutif, qui témoigne aujourd’hui devant le Comité judiciaire de la chambre pour une audition intitulée “transparence & responsabilité: examen de Google et de ses pratiques de collecte, d’utilisation et de filtrage des données”, a déclaré que les utilisateurs sont en contrôle des informations que Google a sur eux.
« Pour les services Google, vous avez un choix des informations qui sont collectées, et nous les rendons transparents », a déclaré Pichai en réponse à une question du Président de la chambre des représentants du Comité judiciaire Bob Goodlatte (R-VA).
La réalité est que la plupart des gens ne lisent pas les accords d’utilisation en entier, et ne sont pas pleinement conscients de ce que les données de leurs téléphones et de leurs applications sont capables de transmettre. Même sur la plate-forme d’Apple, connu pour être assez porté sur la protection de la vie privée, les applications ont collecté des données des utilisateurs  – y compris l’emplacement – et les ont vendu à des tiers, comme l’a noté une récente enquête du New York Times.
La défense de Google sur le front de la collecte de données est similaire à celle de Facebook, c’est-à-dire que Pichai a répondu que Google fournit des outils qui mettent les utilisateurs en contrôle [de leurs données].

Mais comprennent-ils vraiment cet accord ?

« Il est vraiment important pour nous que les utilisateurs moyens soient en mesure de le comprendre », a déclaré Pichai, précisant que les utilisateurs ne comprennent l’accord d’utilisateur pour Android OS.
« En fait, nous rappelons aux utilisateurs de faire un examen de la protection de la vie privée, et nous le rendons très évident à chaque mois. En fait, au cours des 28 derniers jours, 160 millions d’utilisateurs se sont rendus sur les paramètres de leur compte, où ils peuvent voir clairement quelles informations nous avons – nous leur montrons réellement ce qu’ils ont en retour. Nous donnons des réponses claires, par catégorie, où ils peuvent décider si cette information est collectée, stockée, ou – ce qui est plus important – s’ils décident d’arrêter de l’utiliser, nous travaillons dur pour permettre aux utilisateurs de conserver leurs données avec eux », a-t-il dit.
Les 160 millions d’utilisateurs semblent être un grand nombre, mais à l’échelle de Google, où de nombreux produits ont plus d’un milliard d’utilisateurs, ce n’est pas si grand.
En outre, il est devenu clair que le simple fait de « se retirer » des méthodes de collecte de données de Google n’est pas toujours suffisant. Par exemple, plus tôt cette année, il a été découvert que Google continuait à suivre la localisation des utilisateurs, même lorsque les utilisateurs avaient explicitement désactivé l’historique de localisation – une indication claire qu’ils ne voulaient pas que leurs données soient collectées ou partagées.

Améliorer son tableau de bord et ses outils

Plus tard au cours de l’audience, on a demandé à Pichai si Google pouvait améliorer son tableau de bord et ses outils afin de mieux enseigner aux gens comment protéger leur vie privée, y compris en désactivant la collecte de données et le suivi de leur emplacement.
« Il y a de la complexité », a dit Pichai, mais il a admis que c’est  « quelque chose que je pense que nous pouvons mieux faire. »
« Nous voulons simplifier et rendre plus facile pour les utilisateurs moyens la navigation dans ces paramètres », a-t-il poursuivi. “C’est quelque chose sur laquelle nous travaillons. »
Source : TechCrunch
Crédit photo sur Unsplash : NordWood Themes

Google : "les utilisateurs savent que leurs téléphones les traquent"martinGoogle
Le PDG de Google Sundar Pichai pense que les utilisateurs d'Android ont une bonne compréhension du volume de données que Google recueille sur eux, lorsqu'ils acceptent d'utiliser le système d'exploitation mobile Android. Les utilisateurs des applications de Google sont traqués L'exécutif, qui témoigne aujourd'hui devant le Comité judiciaire de la chambre...