Le lierre modifié génétiquement pour purifier l’air

, , , Pollution https://farm5.staticflickr.com/4804/44568314890_4949d0df11_o.jpg https://farm5.staticflickr.com/4804/44568314890_4949d0df11_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2018/12/19/le-lierre-modifie-genetiquement-pour-purifier-lair/#respond
583

le-lierre-génétiquement-modifié-air-purification

S’il est vrai que les plantes d’intérieur aident à purifier l’air dans une maison, on estime qu’il faudrait plus de 20 plantes par pièce pour faire une véritable différence. Mais ce ne serait pas le cas d’un nouveau lierre génétiquement modifié, qui s’est révélé très efficace pour éliminer le chloroforme et le benzène de l’air.

Du lierre pour purifier l’air d’une maison

Une équipe de scientifiques de l’Université de Washington a commencé par créer une version synthétique d’un gène, qui fournit aux corps des lapins des instructions pour produire une coenzyme appelée P450 2E1. Chez tous les mammifères, y compris l’homme, P450 2E1 convertit le benzène en un produit chimique appelé phénol, et convertit le chloroforme en dioxyde de carbone et en ions chlorure. La protéine est située dans le foie, alors elle ne neutralise pas les toxines en suspension dans l’air.

Les chercheurs ont ensuite introduit ce gène de synthèse dans du lierre, obligeant chaque cellule de ces plantes à exprimer P450 2E1. Dans des tests de laboratoire, les plantes modifiées et les plantes de lierre ordinaires ont été placées dans des tubes en verre, auxquels du benzène ou du chloroforme gazeux a ensuite été ajouté.

La concentration de chloroforme avait chuté de 82%

Après une période de 11 jours, ils ont constaté que les concentrations de gaz dans les tubes de lierre ordinaires n’avaient pas changé, mais que dans les tubes de lierre modifiés, la concentration de chloroforme avait chuté de 82% en l’espace de trois jours seulement et était presque indétectable après six jours. La concentration de benzène, quant à elle, avait chuté d’environ 75% après huit jours.

De plus, les ions phénol, dioxyde de carbone et chlorure produits par P450 2E1 aident tous les plantes à se développer. Comme le lierre ne fleurit pas dans les climats tempérés, les gènes modifiés de la plante ne devraient pas se répandre dans l’environnement – du moins, pas dans les régions les plus froides du monde.

Il convient de noter que les concentrations de gaz utilisés dans les expériences étaient beaucoup plus élevées que celles que l’on retrouve généralement dans une maison. On pense donc que le lierre modifié serait au moins aussi efficace dans une maison. Cela dit, les plantes devront être conservées dans une enceinte munie d’un dispositif tel qu’un ventilateur dirigeant l’air de la pièce à travers les feuilles.

Une version améliorée

Les scientifiques modifient maintenant davantage les plantes afin d’exprimer une autre protéine, qui décompose le formaldéhyde émis par certains produits ligneux. Le chloroforme provient notamment de l’eau chlorée, tandis que le benzène provient de l’essence des voitures ou des tondeuses à gazon. Les molécules de ces produits chimiques sont trop petites pour être piégées par les systèmes de filtration d’air conventionnels.

« Les gens n’ont pas vraiment parlé de ces composés organiques dangereux dans les maisons, et je pense que c’est parce que nous ne pouvons rien y faire », explique le professeur Stuart Strand, auteur principal de cette recherche. « Maintenant, nous avons conçu des plantes d’intérieur pour éliminer ces polluants pour nous. »

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Environmental Science and Technology.

Sources : University of Washington, American Chemical Society

https://farm5.staticflickr.com/4804/44568314890_4949d0df11_o.jpg