vide-espace-humain-survivre
Il y a une scène dans le film 2001, l’Odyssée de l’espace réalisé par Stanley Kubrick, où l’un des astronautes pour regagner son vaisseau spatial, qui n’a pas de casque pour le protéger du vide de l’espace, produit une explosion à l’intérieur de son module de réparation. Cela lui permet de rejoindre un sas où il appuie sur une manette pour le repressuriser.

Peut-on survivre dans l’espace sans protection ?

Certaines personnes se demandent si survivre dans le vide de l’espace pendant quelques secondes est possible. Des expériences sur des animaux et des accidents humains ont montré que les personnes peuvent probablement survivre à une exposition au vide pendant au moins deux minutes.
Cependant, sous une pression extrêmement basse, l’air emprisonné dans les poumons se dilate, déchirant les tissus échangeurs de gaz. Cela est particulièrement grave si vous retenez votre souffle ou si vous inspirez profondément lorsque la pression baisse. L’eau dans les tissus mous de votre corps se vaporise, provoquant un gonflement important, bien que l’étanchéité de votre peau vous empêche de réellement éclater. De même, vos yeux n’exploseront pas, mais une fuite continue de gaz et de vapeur d’eau entraînera un refroidissement rapide de la bouche et des voies respiratoires.
L’eau et les gaz dissous dans le sang forment des bulles dans les principales veines, qui traversent le système circulatoire et bloquent le flux sanguin. Après environ une minute, la circulation cesse. Le manque d’oxygène au cerveau vous rend inconscient en moins de 15 secondes et finit par vous tuer. « Lorsque la pression devient très basse, il n’y a tout simplement pas assez d’oxygène.

La mort ne serait pas instantanée

Mais la mort n’est pas instantanée. Par exemple, une étude réalisée en 1965 par des chercheurs de la base aérienne de Brooks au Texas a montré que les chiens exposés à un quasi-vide – un trois cent quatre-vingtième de la pression atmosphérique au niveau de la mer – ont survécu pendant 90 secondes. Au cours de leur exposition, ils étaient inconscients et paralysés. Les gaz expulsés de leurs intestins et de leur estomac ont provoqué la défécation simultanée, des vomissements et la miction.
Ils ont subi des convulsions et leurs langues étaient souvent recouvertes de glace et les chiens gonflaient pour ressembler à « un sac gonflé en peau de chèvre », ont écrit les auteurs. Mais après une légère repressurisation, les chiens ont commencé à respirer et, après 10 à 15 minutes de pression au niveau de la mer, ils ont réussi à marcher, bien qu’il ait fallu quelques minutes de plus pour que leur aveuglement apparent disparaisse. Cependant, les chiens tenus dans le vide un peu plus longtemps – deux minutes ou plus – sont morts. Plus la décompression était rapide, plus les blessures étaient graves, peu importe le temps écoulé dans le vide.

Les chimpanzés supportent des expositions plus longues

Les chimpanzés peuvent supporter des expositions encore plus longues. Dans une série d’articles publiés par la NASA en 1965 et en 1967, des chercheurs ont découvert que les chimpanzés pouvaient survivre jusqu’à 3,5 minutes dans des conditions de quasi-vide sans défauts cognitifs apparents, comme en témoignent des tâches complexes accomplies des mois plus tard. Un chimpanzé exposé pendant trois minutes a toutefois présenté des changements comportementaux durables. Un autre est décédé peu après l’exposition, probablement en raison d’un arrêt cardiaque.
Bien que la majorité des connaissances sur les effets du vide proviennent d’études sur des animaux, plusieurs accidents de dépressurisation impliquant des personnes ont également eu lieu. Par exemple, en 1965, un technicien installé dans une chambre à vide du Johnson Space Center à Houston a accidentellement dépressurisé sa combinaison spatiale en déréglant un tuyau.
Après 12 à 15 secondes, il a perdu connaissance. Il l’a retrouvé après 27 secondes, après que sa combinaison ait été repressurisée à environ la moitié de celle du niveau de la mer. L’homme a déclaré que son dernier souvenir avant la perte de conscience était dû à l’humidité de sa langue qui commençait à bouillir et à une perte de sensation gustative, qui a persisté pendant les quatre jours qui ont suivi l’accident, mais il s’en est sortie indemne.

C’est possible mais brièvement

Cela signifie que dans le film, la scène de l’astronaute se trouvant dans le vide de l’espace, est possible pendant un très court laps de temps; ce qui est le cas dans le film; cette personne demeure dans le vide durant environ 15 à 17 secondes avant que la pression revienne à la normale dans le sas du vaisseau spatial.
Source : Scientific American