Holocauste-effets-sur-les-générations-futures
Une nouvelle étude sur les survivants des camps de concentration nazis et leurs enfants a montré que les conséquences de l’état de stress post-traumatique (ESPT) peuvent être transmises à leur progéniture. «J’ai toujours été fasciné par la question de savoir si un traumatisme ancestral affectait les générations futures qui n’y avaient pas directement été exposées», a déclaré l’auteur de l’étude, Amit Shrira, de l’université de Bar-Ilan.

l’Holocauste et ses effets

«Les enfants des survivants de l’Holocauste étant pour la plupart des adultes d’âge moyen ou plus âgé, il est maintenant possible de déterminer si un traumatisme ancestral persiste dans leur processus de vieillissement. De telles études ont des implications non seulement pour les survivants de l’Holocauste et leur progéniture, mais également pour d’autres personnes vieillissantes exposées à des traumatismes. »
Pour son étude, publiée dans la revue Psychiatry Research, Shrira a examiné 187 dyades de parents et leur progéniture adulte (374 personnes au total). Plus de 100 de ces dyades comprenaient des parents ayant survécu à l’Holocauste, les autres dyades servant de groupe témoin.
Shrira a constaté que les survivants de l’Holocauste présentant des signes de trouble de stress post-traumatique avaient tendance à avoir davantage de comportements malsains que les survivants ne présentant aucun signe d’ESPT. La même chose était vraie de leur progéniture. Ces comportements malsains comprenaient notamment le tabagisme, la consommation d’alcool et le manque d’activité physique.
Les survivants de l’Holocauste qui présentaient des signes d’ESPT et leur progéniture présentaient également des taux plus élevés de maladies chroniques et d’invalidités, suggérant un vieillissement plus rapide.

La transmission de comportements malsains

«Il existe de nombreuses preuves que l’exposition traumatique peut façonner le comportement des survivants.», a-t-il expliqué. «En outre, l’étude montre que cela se produit par la transmission de comportements malsains. Autrement dit, les survivants de l’Holocauste qui souffrent d’ESPT ont tendance à adopter des comportements malsains, qui persistent chez leur progéniture et affectent donc leur santé et leur fonctionnement à un âge avancé. »
Mais on ne sait toujours pas exactement ce qui cause la transmission intergénérationnelle du traumatisme de l’Holocauste. «Nous avons encore besoin de comprendre d’autres voies par lesquelles les traumatismes parentaux et l’ESPT affectent la progéniture. Par exemple, il existe déjà des preuves que des mécanismes biologiques sont également impliqués dans la transmission d’un traumatisme », a expliqué Shrira.
« Par exemple, le stress parental et l’ESPT sont liés à la modulation épigénétique chez les enfants, ce qui entraîne une dysrégulation dans divers systèmes corporels et nous avons des raisons de penser qu’une telle dérégulation conduit à des problèmes de santé et à un dysfonctionnement chez les personnes âgées. »

Certains groupes sont plus à risque

« La majorité des enfants de survivants de l’Holocauste sont devenus des personnes saines et pleinement fonctionnelles », a ajouté Shrira. « Cependant, il existe des groupes spécifiques qui présentent un risque plus élevé de développer une morbidité mentale et physique, et nous devons les identifier et leur proposer des interventions appropriées pour réduire leurs souffrances. »
Cette étude était intitulée: “Parental PTSD, health behaviors and successful aging among offspring of Holocaust survivors“.
Crédit photo sur Unsplash : Erica Magugliani

Les survivants de l'Holocauste ont un impact sur leurs enfantsmartinSociété
Une nouvelle étude sur les survivants des camps de concentration nazis et leurs enfants a montré que les conséquences de l'état de stress post-traumatique (ESPT) peuvent être transmises à leur progéniture. «J'ai toujours été fasciné par la question de savoir si un traumatisme ancestral affectait les générations futures qui...