les-robots-du-futur
Dans un article qui vient de paraître dans Nature Machine Intelligence, la plate-forme scientifique « Active Integrated Matter Future Science Platform » (AIM FSP) de CSIRO indique que les robots pourraient bientôt tirer parti de l’évolution de leur technologie pour créer des robots étonnants et plus efficaces.

Les futur robots devront imiter l’évolution

Ce concept, connu sous le nom de Multi-Level Evolution (MLE), affirme que les robots actuels doivent faire face à des environnements complexes et non structurés car ils ne sont pas suffisamment spécialisés et devraient imiter l’adaptation incroyablement diverse que les animaux ont expérimenté pour survivre dans leur environnement.
Le Dr David Howard, auteur principal du journal, a déclaré: « l’évolution ne se soucie pas de l’apparence de quelque chose. Elle recherche une conception beaucoup plus large et propose des solutions efficaces qui ne seraient pas immédiatement évidentes pour un concepteur humain. »
« Un animal comme une raie manta ou un kangourou peut sembler inhabituel aux yeux de l’homme, mais ils sont parfaitement adaptés pour leurs environnements. »
L’article souligne qu’en 20 ans seulement, des technologies de pointe telles que la découverte et la caractérisation de matériaux à haut débit, la fabrication avancée et l’intelligence artificielle pourraient permettre aux robots d’être conçus à partir du niveau moléculaire pour remplir leur mission dans des conditions extrêmement difficiles.
Des algorithmes basés sur l’évolution naturelle concevraient automatiquement des robots en combinant une variété de matériaux, de composants, de capteurs et de comportements. Une modélisation informatique avancée pourrait alors rapidement tester des prototypes dans des scénarios simulés « du monde réel » afin de déterminer celui qui fonctionnait le mieux.

Des robots conçus pour leur tâche et leur environnement

Le résultat final serait des robots simples, petits, hautement intégrés, hautement spécialisés et très rentables, conçus avec précision pour leur tâche et leur environnement.
Un exemple serait un robot conçu pour la surveillance environnementale de base dans des environnements extrêmes. Il lui faudrait traverser des terrains difficiles, rassembler des données et finalement se dégrader complètement afin de ne pas polluer l’environnement.
L’approche de MLE en matière de conception du robot dépendrait entièrement du terrain, du climat et d’autres facteurs. Un robot conçu pour le travail dans le désert du Sahara devrait utiliser des matériaux capables de résister à la chaleur, au sable et à la poussière. Il pourrait être alimenté par l’énergie solaire, glisser à travers les dunes de sable et utiliser les rayons ultraviolets pour s’activer.
La végétation dense et basse de l’Amazonie constituerait un défi totalement différent. Un robot conçu pour cet environnement pourrait ramper autour des arbres et des billots tombés au sol, être alimenté par de la biomasse, telle que la matière végétale recouvrant le sol de la jungle, et se dégrader sous l’effet de l’humidité.
Dans les deux cas, le MLE sélectionnerait automatiquement les matériaux et composants appropriés dans une conception de robot très performante, en fonction de la manière dont le robot exécute une tâche donnée. Un processus infiniment plus évolutif que les approches actuelles qui nécessitent des équipes d’ingénieurs pour concevoir un seul robot.
Le Dr Danielle Kennedy, directrice de l’AIM FSP, a déclaré: « le CSIRO est déterminé à diriger la réflexion scientifique et a initié cette collaboration avec des chercheurs internationaux afin de comprendre la nature de l’avenir de la robotique. Le CSIRO a collaboré avec des chercheurs de l’Université de Vrije aux Pays-Bas, de l’Université de Lorraine en France et dans les universités australiennes. »

Une plate-forme scientifique pour l’avenir

« Ce programme de plate-forme scientifique pour l’avenir fait partie de l’investissement de CSIRO dans la création d’industries futures pour l’Australie et dans la formation de la prochaine génération de chercheurs. L’objectif d’AIM ne se limite pas aux robots, nous explorons également l’avenir des technologies de l’alimentation, de la fabrication et de la surveillance environnementale et du design industriel.  »
AIM FSP mène des avancées en matière d’interface entre le Big Data, les systèmes autonomes avancés et la science des matériaux.
Source : CSIRO

Robots du futur: plus de R2D2 que de C3POmartinRobot
Dans un article qui vient de paraître dans Nature Machine Intelligence, la plate-forme scientifique 'Active Integrated Matter Future Science Platform' (AIM FSP) de CSIRO indique que les robots pourraient bientôt tirer parti de l'évolution de leur technologie pour créer des robots étonnants et plus efficaces. Les futur robots devront imiter...