Rembrandt-technique-chimie-des-couleurs
Les artistes utilisent constamment de nouveaux pigments et huiles pour produire des couleurs plus éclatantes, plus lumineuses et plus intéressantes.

Rembrandt utilisait un composé spécial pour ses peintures

Rembrandt van Rijn n’était pas différent. Le vieux maître hollandais avait à sa disposition une technique, une créativité et un travail minutieux. Il avait aussi de la chimie. En effet, une nouvelle analyse de ses œuvres montre qu’il utilisait un composé rare dans certaines de ses peintures, ce qui lui permettait de réaliser sa technique d’empâtement, rapporte Henri Neuendorf, de artnet News.
Les historiens savaient déjà que Rembrandt utilisait des composés facilement disponibles tels que le pigment blanc au plomb et des huiles telles que l’huile de lin pour fabriquer des peintures pâteuses et les empiler en couches épaisses, afin de donner à son travail une apparence tridimensionnelle.
Lorsqu’une équipe de chercheurs des Pays-Bas et de la France a soumis de minuscules échantillons de peinture de trois de ses œuvres les plus connues – « Portrait of Marten Soolmans », « Bathsheba » et « Susanna » – à des analyses par rayons X au Synchrotron européen de Grenoble, ils ont toutefois détecté un autre composé auquel ils ne s’attendaient pas: un minéral de carbonate de plomb appelé plumbonacrite, Pb5 (CO3) 3O (OH).
La découverte dans son mélange d’empâtements était particulièrement surprenante puisque la plumbonacrite est généralement retrouvée dans les œuvres du XXe siècle, bien qu’elle apparaisse dans un échantillon d’un pigment de plomb rouge de Vincent van Gogh échantillonné dans «Wheat Stack under a Cloudy Sky» (1889). . Cela étant dit, Rembrandt peignait dans la première moitié du XVIIe siècle.
«Nous ne nous attendions pas du tout à trouver ce composé, puisque cela est si inhabituel dans les peintures de maîtres anciens», déclare Victor Gonzalez, auteur principal de l’étude et scientifique au Rijksmuseum et à l’université de technologie de Delft dans un communiqué de presse, publié dans le journal Angewandte Chemie International Edition.

Un ajout volontaire à ses peintures

Alors d’où vient ce composé inhabituel? Après avoir étudié des textes historiques et déterminé ce qui était disponible pour un artiste néerlandais du XVIIe siècle, ils pensent avoir volontairement ajouté ce composé sous forme d’oxyde de plomb ou de litharge à ses huiles pour en faire une peinture pâteuse. «Nos recherches montrent que sa présence n’est pas accidentelle ni due à une contamination, mais qu’elle est le résultat d’un ajout intentionnel», explique Gonzalez.
Connaître la composition de la palette de l’artiste aidera les défenseurs de l’environnement à trouver le meilleur moyen de préserver ses œuvres au fil du temps. L’équipe envisage maintenant de recréer un tableau avec l’empâtement de Rembrandt et de le vieillir artificiellement dans des conditions avec du CO2 et sans CO2 afin de mieux comprendre l’impact des conditions humides et sèches sur les peintures.
Ils espèrent également examiner d’autres peintures de Rembrandt et de ses collègues peintres hollandais afin de déterminer si l’utilisation de ce composés contenant de la plumbonacrite était plus répandue qu’on ne le pensait auparavant.
«Nous travaillons avec l’hypothèse que Rembrandt aurait pu utiliser d’autres recettes, c’est pourquoi nous étudierons des échantillons d’autres peintures de Rembrandt et d’autres maîtres hollandais du XVIIe siècle, notamment Vermeer, Hals et des peintres appartenant au cercle de Rembrandt. ”, indique la coauteure Annelies van Loon, chercheuse en peinture au Rijksmuseum et à la Royal Picture Gallery Mauritshuis.

D’autres secrets artistiques

Ce n’est pas le seul secret artistique révélé par les rayons X ces dernières années. En 2016, un synchrotron a permis de dévoiler un tableau jamais vu auparavant sous le «Portrait de femme» de Degas. L’année dernière, des chercheurs ont utilisé des rayons X pour montrer que Picasso avait peint par dessus une toile par un ami afin de produire l’œuvre «Crouching Beggar».
Source : Smithsonian
Crédit photo : Pixabay

Rembrandt et la chimie des couleursmartinChimie
Les artistes utilisent constamment de nouveaux pigments et huiles pour produire des couleurs plus éclatantes, plus lumineuses et plus intéressantes. Rembrandt utilisait un composé spécial pour ses peintures Rembrandt van Rijn n'était pas différent. Le vieux maître hollandais avait à sa disposition une technique, une créativité et un travail minutieux. Il...