traitement-tumeur-protons
La thérapie par faisceaux de protons (PBT) est une forme de radiothérapie spécialisée, qui cible les cancers de manière très précise, en augmentant les taux de réussite et en réduisant les effets secondaires, ce qui en fait un traitement idéal pour certains cancers chez les enfants qui risquent de subir des lésions permanentes.

Un jeune garçon reçoit un traitement de protonthérapie

Ce traitement à la pointe de la technologie n’est disponible que dans quelques pays du monde. Le centre de faisceaux de protons Christie est le plus récent et le plus moderne.
Ce garçon dont le nom est Mason a déclaré: «Je suis nerveux au sujet de ce qui va se passer, mais je suis aussi excité de commencer ce traitement. Je suis très reconnaissant à tous les médecins impliqués dans mes soins et j’adorerais faire ce qu’ils font un jour – ce sera ma façon de donner quelque chose en retour. »
Après des examens et des analyses à l’hôpital Worthing près de son domicile à Angmering dans le West Sussex, les médecins ont découvert qu’une tumeur – un astrocytome pilomyxoïde – se développait dans des zones critiques de son cerveau, la rendant inopérable en raison du risque de cécité et d’autres complications.
Le professeur Stephen Powis, directeur médical du NHS en Angleterre, a déclaré: «Il s’agit d’un développement extrêmement excitant pour le NHS et nous sommes ravis de pouvoir fournir ce traitement qui changera la vie des patients comme Mason.
Le plan à long terme du NHS la semaine dernière définissait une série de plans qui transformeront radicalement les soins contre le cancer à travers le pays, dont bénéficieront des centaines de milliers de patients au cours des cinq prochaines années.», explique Powis.

Les deux centres traiteront jusqu’à 750 patients par an

Le centre financé par le NHS en Angleterre a ouvert l’année dernière et est le premier centre de traitement du NHS en Angleterre. Une deuxième doit ouvrir ses portes au NHS Foundation Trust de l’University College London Hospitals à l’été 2020. Ils devraient traiter chacun jusqu’à 750 patients par an.
Un certain nombre de patients subissent actuellement une PBT au Christie et de plus en plus de patients ont été identifiés et sont actuellement en phase de planification avec le personnel médical afin de déterminer la meilleure date pour leur premier traitement.
La thérapie par faisceau de protons a été proposée à l’étranger aux patients du NHS éligibles à un traitement en Angleterre depuis 2008 dans le cadre d’un programme qui, jusqu’à présent, à pris en charge environ 1 000 patients. En collaboration avec le ministère de la Santé, NHS England finance deux centres de calibre mondial à Manchester et à Londres pour les patients du NHS devant être traités au Royaume-Uni.
Gillian Whitfield, consultante en oncologie clinique, qui dirige les soins de Mason au Christie. Elle a déclaré: «avec le PBT, comparé à la radiothérapie conventionnelle, la dose est réduite dans les tissus normaux environnants et il y a moins de risques d’effets permanents à long terme grâce à ce genre de traitement.
Ceci est particulièrement important pour les enfants et les adolescents atteints de tumeurs curables, qui survivront des décennies après le traitement et courent un risque beaucoup plus grand que les adultes de subir de graves effets à long terme.

Le PBT devrait présenter un risque plus faible d’effets secondaires

«La tumeur de Mason est une tumeur de bas grade (à croissance lente) avec un taux élevé de guérison. Pour Mason, par rapport à la radiothérapie conventionnelle, le PBT devrait présenter un risque plus faible d’effets secondaires à long terme, en particulier des effets sur la mémoire à court terme et la capacité d’apprentissage, ainsi que le risque de radiation provoquant d’autres tumeurs au cours des huit prochaines décennies. », explique Whitfield.
Mason est l’un des premiers patients traités par la thérapie par faisceau de protons dans le NHS en Angleterre après la construction du centre de 125 millions de £ l’année dernière. Le premier patient, qui est toujours en traitement, ne voulait pas de publicité.
Source : The Christie NHS Foundation Trust
Crédit photo : Pixabay