aspirine-méta-étude
Une importante méta-étude réalisée par une équipe de chercheurs britanniques a examiné les données de plus d’une douzaine d’essais cliniques pour conclure que les dangers de l’utilisation quotidienne de l’aspirine pouvaient l’emporter sur les avantages potentiels pour les individus généralement en bonne santé.

Les inconvénients de l’aspirine

L’aspirine est sans contredit un médicament étonnant. Il a été officiellement isolé en tant que composé et baptisé aspirine en 1899, mais son précurseur naturel, souvent dérivé du saule, est utilisé en médecine dans diverses cultures depuis des milliers d’années.
Outre ses utilisations courantes, cette molécule est devenue un médicament préventif efficace contre les crises cardiaques dans la seconde moitié du XXe siècle et, à la fin des années 1980, il était régulièrement recommandé aux médecins, en particulier chez les patients plus âgés.
Certains chercheurs ont mis en doute l’innocuité de cette recommandation en suggérant que l’aspirine augmentait le risque de graves hémorragies, et une nouvelle méta-étude confirme ce doute en concluant que l’augmentation du risque hémorragique élimine très probablement tout bénéfice cardiovasculaire.
Cette nouvelle recherche a rassemblé les données de 13 essais portant sur plus de 160 000 sujets. Bien que l’utilisation d’aspirine ait effectivement réduit l’incidence d’événements cardiovasculaires par rapport aux sujets ne prenant pas d’aspirine, elle a également augmenté l’incidence d’événements hémorragiques majeurs.
Kevin McConway, un chercheur de l’Open University qui n’a pas travaillé sur cette étude en cours, résume ces résultats en expliquant que sur 10 000 personnes en bonne santé, environ 61 souffriraient normalement d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral sans utilisation quotidienne d’aspirine, alors que cette nouvelle étude suggère que si vous prenez de l’aspirine, vous souffrirez des mêmes problèmes.

L’augmentation du nombre de saignements

« Seulement 4 de moins sur 10 000, mais cela a encore une certaine importance compte tenu de la fréquence et de la gravité des maladies cardiovasculaires », a déclaré McConway. « L’inconvénient est l’augmentation du nombre de saignements majeurs, y compris des saignements dans le crâne et le cerveau ou des saignements importants dans l’estomac ou les intestins. »
En comparaison avec ces bénéfices protecteurs, McConway suggère que sur les 16 000 sujets en bonne santé, environ 16 souffriraient d’un événement hémorragique indésirable au cours d’une année. Ce nombre augmente à 23 lorsque l’on considère l’utilisation d’aspirine.
La conclusion générale est donc qu’en comparant les risques aux avantages, l’aspirine peut faire plus de mal que de bien si une personne est par ailleurs en bonne santé et ne présente pas un risque élevé de maladie cardiovasculaire.
L’auteur principal de cette nouvelle étude, Sean Zhang espère que cette nouvelle recherche aidera à préciser quand les patients devraient ou ne devraient pas prendre de l’aspirine en tant que médicament préventif.

Il n’y a pas suffisamment de preuves pour recommander son utilisation systématique

« Cette étude démontre qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour recommander l’utilisation systématique d’aspirine pour la prévention des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des décès cardiovasculaires chez les personnes sans maladie cardiovasculaire », a déclaré Zhang.
« L’utilisation de l’aspirine nécessite une discussion entre le patient et son médecin, sachant que les éventuels bienfaits cardiovasculaires mineurs sont contrebalancés avec le risque réel de graves hémorragies. »

Les résumés de cette méta-étude

Les résultats ont démontré que :

    • L’aspirine était associée à un risque d’événements cardiovasculaires réduit de 11%.
    • Environ 250 patients ont dû être traités à l’aspirine pendant 5 ans pour prévenir une seule crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou un décès cardiovasculaire.
    • L’aspirine était associée à 43% plus d’hémorragies majeures, par rapport à ceux qui n’en prenaient pas.
    • Environ une personne sur 200 traitée à l’aspirine aurait un saignement important à un moment donné.
    • Aucun effet n’a été observé avec l’aspirine sur les nouveaux diagnostics de cancer ou les décès.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans JAMA.
Source : King’s College London

Une méta-étude révèle les risques de l'aspirinemartinSociété
Une importante méta-étude réalisée par une équipe de chercheurs britanniques a examiné les données de plus d'une douzaine d'essais cliniques pour conclure que les dangers de l'utilisation quotidienne de l'aspirine pouvaient l'emporter sur les avantages potentiels pour les individus généralement en bonne santé. Les inconvénients de l'aspirine L'aspirine est sans contredit...