Chine : un lien entre bonheur et qualité de l’air

, , Société https://farm8.staticflickr.com/7883/32985241878_b30f40a023_b.jpg https://farm8.staticflickr.com/7883/32985241878_b30f40a023_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/01/24/chine-un-lien-entre-bonheur-et-qualite-de-lair/#respond
1163

chine-pollution

Pour la plupart des Occidentaux, le smog est simplement désagréable. Il suffit parfois d’attendre quelques jours avant que la qualité de l’air redevienne respirable. Mais en Chine c’est un problème majeur, qui affecte des millions de personnes. La Chine lutte depuis de nombreuses années contre les niveaux de pollution élevés qui paralysent ses grandes villes.

La pollution Chine et le sentiment de bonheur

En effet, une étude récente réalisée par des chercheurs de l’Université chinoise de Hong Kong a révélé que la pollution de l’air dans le pays provoquait en moyenne 1,1 million de décès prématurés chaque année et coûtait 38 milliards de dollars à son économie. Mais des chercheurs du MIT ont découvert que la pollution de l’air dans les villes chinoises pouvait contribuer à un faible niveau de bonheur de la population urbaine de ce pays.

Dans un article publié dans la revue Nature Human Behavior, une équipe de recherche dirigée par Siqi Zheng, professeur agrégé Samuel Tak Lee au département d’études urbaines et de planification et de centre pour l’immobilier de MIT, et le directeur de la faculté de China Future City Lab du MIT, révèle que des niveaux de pollution plus élevés sont associés à une diminution des niveaux de bonheur des personnes.

Malgré un taux de croissance économique annuel de 8%, le taux de satisfaction de la population urbaine chinoise n’a pas augmenté autant que prévu. Parallèlement à des services publics inadéquats, à la flambée des prix des logements et aux préoccupations relatives à la sécurité alimentaire, la pollution de l’air – provoquée par l’industrialisation du pays, la combustion du charbon et l’utilisation croissante de voitures – a eu un impact considérable sur la qualité de la vie en milieu urbain.

Des recherches ont déjà montré que la pollution de l’air nuit à la santé, aux performances cognitives, à la productivité du travail et aux résultats en matière d’éducation. Mais la pollution atmosphérique a également un impact plus large sur la vie sociale et le comportement des gens, selon Zheng.

Pour limiter l’impact de cette pollution de l’air les habitants peuvent s’installer dans des villes ou des bâtiments écologiques, acheter des équipements de protection tels que des masques faciaux et des purificateurs d’air, et passer moins de temps à l’extérieur. «La pollution a aussi un coût émotionnel», déclare Zheng. « Les gens sont malheureux et cela signifie qu’ils peuvent prendre des décisions irrationnelles. »

Les personnes sont plus susceptibles d’adopter un comportement impulsif 

Lors de journées très polluées, il a été démontré que les personnes étaient plus susceptibles d’adopter un comportement impulsif et risqué, qu’elles pourraient regretter par la suite, probablement à la suite d’une dépression et d’une anxiété à court terme, selon Zheng. «Nous voulions donc explorer une gamme plus large d’effets de la pollution atmosphérique sur la vie quotidienne des habitants des villes chinoises très polluées», dit-elle.

À cette fin, les chercheurs ont utilisé des données en temps réel issues de médias sociaux pour comprendre l’évolution des niveaux de pollution sur le bonheur des habitants de 144 villes chinoises. Dans le passé, les niveaux de bonheur étaient généralement mesurés à l’aide de questionnaires. Cependant, ces enquêtes ne fournissaient qu’un seul instantané; les réactions des gens tendent à refléter leur sentiment général de bien-être, plutôt que leur bonheur certains jours particuliers.

«Les médias sociaux donnent une mesure en temps réel du niveau de bonheur des personnes et fournissent également une énorme quantité de données, dans de nombreuses villes très différentes», a déclaré Zheng. Les chercheurs ont utilisé des informations sur les concentrations urbaines de particules ultrafines – concentration de PM 2,5 – à partir des relevés quotidiens de la qualité de l’air publiés par le ministère chinois de la protection de l’environnement.

Un algorithme et des tweets pour mesurer le niveau de bonheur

Ces particules en suspension dans l’air sont devenues le principal polluant de l’air dans les villes chinoises ces dernières années, et les particules de PM 2,5, dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns, sont particulièrement dangereuses pour les poumons. Pour mesurer le niveau de bonheur quotidien de chaque ville, l’équipe a appliqué un algorithme d’apprentissage automatique afin d’analyser les 210 millions de tweets géolocalisés de la plus grande plate-forme de micro-blogging de Chine; Sina Weibo.

Les tweets couvraient une période allant de mars à novembre 2014. Pour chaque tweet, les chercheurs ont appliqué l’algorithme d’analyse de sentiment formé par une machine pour mesurer les émotions dans le tweet des Chinois. Ils ont ensuite calculé la valeur médiane pour cette ville allant de 0 à 100, 0 indiquant une humeur très négative et 100 une humeur très positive.

Enfin, les chercheurs ont fusionné cet indice avec la concentration quotidienne de PM2.5 et les données météorologiques. Ils ont trouvé une corrélation négative significative entre les niveaux de pollution et de bonheur. De plus, les femmes étaient plus sensibles aux niveaux de pollution que les hommes, de même que celles ayant des revenus plus élevés.

Lorsque les chercheurs ont examiné le type de villes à l’origine des tweets, ils ont constaté que les habitants des villes les plus propres et les plus sales étaient les plus gravement touchés par les niveaux de pollution.

Cela tient peut-être au fait que les personnes particulièrement préoccupées par leur santé et la qualité de leur air ont tendance à migrer vers des villes propres, alors que celles des villes très sales sont davantage conscientes des dommages qu’elles pourraient subir pour leur santé suite à une exposition à long terme à des polluants, explique Zheng.

Un lien étroit entre la qualité de l’air et le bonheur

Grâce à une utilisation créative des données des médias sociaux, les auteurs ont démontré de manière convaincante un lien étroit entre la qualité de l’air et le bonheur exprimé; une mesure subjective du bien-être, déclare Shanjun Li, professeur d’économie de l’environnement à la Cornell University, qui n’a pas participé à ce projet.

« Cette étude ajoute aux connaissances scientifiques grandissantes sur le coût social de la pollution atmosphérique en mettant l’accent sur le coût supporté par la « majorité silencieuse » qui ne figure généralement pas dans les études sur les résultats de morbidité et de mortalité », a déclaré Li.

Zheng espère maintenant poursuivre ses recherches sur l’impact de la pollution sur le comportement des gens et sur la manière dont les politiciens chinois répondront à la demande croissante de la population pour un air plus pur.

Source : MIT
Crédit photo : Pixabay

https://farm8.staticflickr.com/7883/32985241878_b30f40a023_b.jpg