-fumeurs-de-pot-spermatozoîdes-nombre-plus-élevé
Une nouvelle étude surprenante suggère que les hommes qui fument de la marijuana ont un nombre de spermatozoïdes plus élevé que ceux qui n’en ont jamais consommé. Ces résultats ne sont « pas cohérents » avec les précédentes recherches, selon lesquelles la marijuana aurait un effet néfaste sur la fonction testiculaire des hommes, ont déclaré les chercheurs.

Marijuana et spermatozoïdes

Cependant, cette étude, publiée dans de la revue Human Reproduction, ne signifie pas que les hommes devraient commencer à fumer de la marijuana pour augmenter le nombre de leurs spermatozoïdes.
Les résultats sont loin d’être concluants et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre si le fait de fumer de la marijuana pourrait effectivement, à certains niveaux, avoir un effet positif sur la production de sperme.
Mais l’étude met en lumière le peu de chercheurs qui connaissent réellement les effets de la marijuana sur la santé en matière de reproduction, selon l’auteur principal, le Dr Jorge Chavarro, professeur agrégé de nutrition et d’épidémiologie au Harvard T.H. Chan, de l’Université à Boston, a déclaré dans un communiqué. « Nous en savons beaucoup moins que nous ne le pensons. »
Des études antérieures avaient suggéré que fumer de la marijuana pouvait réduire le nombre de spermatozoïdes d’un homme, en particulier chez les gros utilisateurs. Par exemple, en 2015, des chercheurs danois ont constaté que le nombre de spermatozoïdes était inférieur de près de 30% à celui des hommes qui fumaient de la marijuana plus d’une fois par semaine par rapport à ceux qui n’en fumaient pas ou à ceux qui en consommaient moins.
Cependant, les effets d’une consommation plus modérée de marijuana sur le nombre de spermatozoïdes chez les hommes sont moins évidents.
Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les informations de 662 hommes qui, avec leurs partenaires, ont été évalués pour l’infertilité de 2000 à 2017 au Centre de fertilité du Massachusetts General Hospital. Les hommes ont répondu à des questions du sondage sur la fréquence à laquelle ils fumaient de la marijuana ou utilisaient d’autres drogues. Ils ont également fourni des échantillons de sperme et de sang.
Dans l’ensemble, un peu plus de la moitié des hommes (55%) ont déclaré avoir déjà fumé de la marijuana au cours de leur vie et 11% ont déclaré qu’ils fumaient actuellement de la marijuana.

Plus de spermatozoïdes par millilitre de sperme que les non-consommateurs

Les chercheurs ont découvert que les hommes ayant déclaré avoir déjà fumé de la marijuana avaient une concentration moyenne de sperme de 63 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme, contre 45 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme chez ceux qui n’avaient jamais consommé de marijuana.
Ces résultats ont été les mêmes après que les chercheurs aient pris en compte certains facteurs qui auraient pu affecter la concentration de sperme, tels que l’âge, le tabagisme et la consommation d’alcool.
De plus, seulement 5% des fumeurs de marijuana avaient des concentrations de sperme inférieures à la normale, c’est-à-dire inférieures à 15 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme. Parmi les hommes qui n’avaient jamais fumé de marijuana, 12% avaient des concentrations de spermatozoïdes inférieures à la normale.
Parmi les hommes qui avaient déjà fumé de la marijuana, ceux qui en consommaient plus avaient des taux de testostérone plus élevés que ceux qui en consommaient moins. Il est intéressant de noter que chaque année supplémentaire écoulée depuis la dernière consommation de marijuana par un homme était liée à une légère augmentation du nombre de spermatozoïdes.
« Nos résultats étaient contraires à nos hypothèses de départ. », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Feiby Nassan, chercheur post-doctoral au Harvard T.H. de la santé publique.

Une étude qui peut être interprétée de plusieurs manières

Mais cette étude peut être interprétée de plusieurs manières. Il se peut que des niveaux faibles ou modérés de consommation de marijuana aient un effet bénéfique sur la production de sperme, mais une consommation plus importante inverse cet effet. Ou bien, il se pourrait aussi que les hommes ayant un taux de testostérone plus élevé soient plus susceptibles d’adopter des comportements « à risque » tels que la consommation de drogues.
On sait que la consommation modérée à forte de tabac ou d’alcool est liée à une diminution du nombre de spermatozoïdes, mais la question de savoir si la marijuana a le même effet doit faire l’objet d’un débat, a déclaré la Dre Sarah Vij, urologue à la Cleveland Clinic.
Vij a dit qu’elle a félicité les auteurs de l’étude d’avoir examiné cette question, car il s’agit d’un sujet qui nécessite davantage de recherche. Mais cette nouvelle étude ne fournit pas de réponse concluante. « Dans l’ensemble, les chercheurs n’ont pas encore déterminé l’impact de la marijuana sur le potentiel de fertilité d’un homme », a déclaré Vij.
Vij a souligné que les utilisateurs de marijuana et les non-utilisateurs de l’étude avaient un nombre de spermatozoïdes normal, en moyenne. Ainsi, cette étude ne permet pas de tirer des conclusions quant à savoir si la consommation de marijuana est liée à une meilleure fertilité.
En outre, il faut environ trois mois aux hommes pour effectuer un cycle complet de production de sperme afin de produire du sperme mature. Cela signifie que la consommation de marijuana d’il y a plusieurs années « ne devrait vraiment avoir aucun impact sur l’état actuel de la fertilité d’un homme », a déclaré Vij.

Quelque chose irait de pair avec la consommation de marijuana

Et pourtant, cette étude a encore révélé que les hommes ayant déclaré consommer de la marijuana au moins un an auparavant avaient un nombre de spermatozoïdes plus élevé que les hommes qui en avaient consommé plus récemment. Vij a déclaré qu’elle se demandait si « il y avait quelque chose qui allait de pair avec la consommation de marijuana » et qui serait lié à une meilleure production de sperme.
Source : Live Science
Crédit photo sur Unsplash : Andre Guerra