L’extinction mondiale des insectes pourrait être pire que nous le pensions

, , , Changement Climatique https://farm8.staticflickr.com/7802/33187609318_5a624bd7e8_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7802/33187609318_5a624bd7e8_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/02/11/lextinction-mondiale-des-insectes-pourrait-etre-pire-que-nous-le-pensions/#respond
503

extinction-de-masse-mondiale

Plus de 40% des espèces d’insectes pourraient disparaître au cours des prochaines décennies, les papillons, les abeilles et les dendroctones du fumier étant les plus touchés. La cause principale est la perte d’habitat.

Plus de 40% des insectes pourraient disparaître

C’est la conclusion alarmante d’un examen de toutes les enquêtes faites à long terme sur les insectes publiées au cours des 40 dernières années.

«Les répercussions que cela aura sur les écosystèmes des planètes sont pour le moins catastrophiques, car les insectes sont à la base de nombreux écosystèmes du monde», explique le document de Francisco Sanchez-Bayo à l’Université de Sydney, en Australie, et de Kris Wyckhuys à l’Académie des sciences agricoles de Chine à Beijing.

Selon Georgina Mace, écologiste de l’University College London, cette étude représente un grand pas en avant. Mais il y a encore d’énormes lacunes dans nos connaissances, dit-elle. « Je ne pense pas que cela nous donne les informations détaillées dont nous avons besoin pour vraiment évaluer les conséquences. »

De plus, bien qu’elle ait été présentée comme une étude mondiale, la quasi-totalité des 73 études examinées ont été réalisées en Europe et aux États-Unis. Pour les continents entiers de l’Amérique du Sud et de l’Afrique, par exemple, les rapporteurs n’ont pu trouver qu’une seule étude pertinente réalisée au Brésil et une autre en Afrique du Sud.

«Les informations présentées ici concernent principalement les pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord, car ces régions possèdent les archives historiques les plus complètes», indique le document. Donc, pour d’immenses parties de la planète, nous ne savons tout simplement pas comment les insectes réagiront.

Une étude qui pourrait sous-estimer la situation sous les tropiques

Il est toutefois peu probable que cela soit une bonne nouvelle. «En réalité, la situation des invertébrés tropicaux est pire que celle des tempérés», déclare Mace. « Cette étude pourrait sous-estimer la situation sous les tropiques. »

Selon les études examinées, la perte d’habitat est la principale cause du déclin des insectes. Les autres causes sont la pollution, les pesticides et les engrais utilisés dans les fermes ainsi que les émissions de polluants des usines et des villes.

Les parasites et les maladies jouent également un rôle. Par exemple, la propagation du varroa contribue au déclin des abeilles domestiques, bien que les abeilles domestiques soient une espèce introduite dans de nombreuses régions du monde.

Le changement climatique une des explications

Enfin, le changement climatique semble également jouer un rôle. Les insectes dans les régions tropicales peuvent avoir une tolérance limitée aux températures et peuvent déjà subir des baisses en raison du réchauffement climatique.

Les résultats de cette vaste étude ont été publiés dans Biological Conservation.

Source : New Scientist
Crédit photo sur Unsplash : Krzysztof Niewolny

https://farm8.staticflickr.com/7802/33187609318_5a624bd7e8_o.jpg