robot-imite-la-nature-cnrs
Habituellement, lorsque nous entendons parler de robots ou d’autres dispositifs capables de naviguer indépendamment à l’extérieur, il est évident qu’ils utilisent le GPS. Les scientifiques du CNRS ont cependant développé une alternative sous la forme d’un robot à six pattes qui navigue comme une fourmi.

Antbot qui navigue dans son environnement sans GPS

Connu à juste titre comme AntBot, le robot a été développé par des chercheurs du CNRS et de l’Université d’Aix-Marseille. Son système de navigation est basé sur celui de la fourmi du désert Cataglyphis, qui peut parcourir plusieurs centaines de mètres de sa colonie sans se perdre.
La plupart des fourmis à la recherche de nourriture peuvent retrouver leur chemin vers leur colonie en suivant un sentier de phéromone, qu’elles déposent sur le sol alors qu’elles partent à la recherche de nourriture. Dans l’habitat désertique de Cataglyphis, cependant, la chaleur du soleil brûlerait rapidement ces phéromones. Au lieu de cela, cette fourmi s’oriente de deux manières.
Premièrement, il détermine son orientation en notant sa position par rapport aux motifs de lumière polarisée dans le ciel – ceux-ci sont visibles aux yeux de la fourmi, qu’il fasse soleil ou que ce soit nuageux. Deuxièmement, il détermine le chemin parcouru en comptant ses pas par flux optique. Ce dernier fait simplement référence à un processus dans lequel un observateur constate visuellement à quelle vitesse il parcourt les surfaces et les objets de son environnement.
AntBot intègre sa propre version de cette approche en deux volets. Il est équipé d’un compas optique, qui lui permet de vérifier son cap en fonction de la lumière polarisée venant du ciel, ainsi que d’un capteur de mouvement optique, qu’il utilise pour déterminer visuellement la distance parcourue depuis son point de départ. La configuration a permis au robot d’explorer ses environs sur une distance totale de 14 mètres et de retrouver son point de de départ avec une précision pouvant aller jusqu’à 1 cm.

De futurs Antbots pourraient traverser des terrains accidentés

On espère maintenant que les descendants d’AntBot de 2,3 kg pourraient un jour être utilisés pour traverser de manière autonome des terrains accidentés tels que ceux des sites sinistrés, dans des situations où le GPS n’est pas disponible ou n’est pas pratique.
Un article sur ce projet a récemment été publié dans la revue Science Robotics. Si vous voulez voir AntBot marché, vous pouvez le faire en regardant la vidéo en ci-dessous.

Source : CNRS
Crédit photo : CNRS

Le CNRS dévoile Antbot : un robot a 6 pattes sans GPSmartinRobot
Habituellement, lorsque nous entendons parler de robots ou d’autres dispositifs capables de naviguer indépendamment à l’extérieur, il est évident qu’ils utilisent le GPS. Les scientifiques du CNRS ont cependant développé une alternative sous la forme d'un robot à six pattes qui navigue comme une fourmi. Antbot qui navigue dans son...