Une application révèle les œuvres cachées d’un artiste

, , , , Technologie https://farm8.staticflickr.com/7827/47081778492_90b80c0412_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7827/47081778492_90b80c0412_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/02/18/une-application-revele-les-oeuvres-cachees-dun-artiste/#respond
440

une-surface-3D-peinture-image-cachée

Vous êtes-vous déjà demandé si un chef-d’œuvre perdu était caché sous la surface d’une nouvelle œuvre? Des chercheurs de la Northwestern University ont développé une application simple à utiliser, dévoilée aujourd’hui lors de la réunion annuelle de AAAS (qui publie Science), qui permet de zoomer sur les moindres détails d’un tableau et de les représenter en 3D, transformant les coups de pinceau en canyons et falaises.

Une application pour découvrir des œuvres cachées

Les paysages qui en résultent, qui peuvent facilement être confondus avec des images satellitaires d’un terrain accidenté de la Terre, pourraient aider les spécialistes de la conservation de l’art et les historiens à préserver les tableaux en périls et à révéler ce qui se cache derrière.

Prenons, par exemple, les petites bulles ressemblant à la chair de poule qui recouvrent les peintures de Georgia O’Keeffe, l’artiste du milieu du XXe siècle rendue célèbre par ses représentations de fleurs et du sud-ouest des États-Unis et qui est considérée comme une des peintres modernistes majeures du XXᵉ siècle

Au début, les défenseurs de l’art pensaient que ces minuscules saillies, reproduites ci-dessus dans sa peinture Pedernal 1941, étaient des grains de sable incrustés dans la peinture. Mais ils ont vite reconnu qu’ils résultaient de réactions chimiques entre certains composants de la peinture. Les chercheurs expliquent que ces taches (qui peuvent se développer et, au fil du temps, entraîner l’écaillement de la peinture sous-jacente) résultent de réactions entre des ions de plomb, de zinc et les acides gras utilisés comme liants dans la peinture.

Le suivi de la croissance de ces bulles dans les œuvres d’art de toutes sortes peut aider les conservateurs de l’art à déterminer le meilleur moyen de diagnostiquer les problèmes, de prévenir ou de ralentir les dommages, voire de restaurer les œuvres d’art. Les chercheurs suggèrent que les images 3D générées par l’application pourraient également avoir d’autres utilisations.

Une version finalisée sera rendue publique 

Des différences subtiles d’épaisseur de peinture sur une toile, par exemple, pourraient trahir l’existence de peintures plus anciennes – peut-être même de chefs-d’œuvre perdus ou inconnus – sous les couches de surface plus récentes. Les restaurateurs d’art de quelques musées utilisent déjà une version bêta de l’application de l’équipe. une version finalisée sera rendue publique plus tard cette année.

Source : Science
Crédit photo sur Unsplash : Lukas Blazek

https://farm8.staticflickr.com/7827/47081778492_90b80c0412_o.jpg