mécanisme-cellulaire-Alzheimer
Des chercheurs de Wake Forest Baptist Health ont identifié un nouveau mécanisme et une nouvelle cible thérapeutique potentielle pour la maladie d’Alzheimer.

Un nouvelle voie moléculaire identifiée

«L’Alzheimer est une maladie dévastatrice pour laquelle il n’existe actuellement aucun traitement efficace», a déclaré Tao Ma, Ph.D., professeur adjoint de gérontologie et de médecine gériatrique à l’École de médecine de Wake Forest, qui fait partie de Wake Forest Baptist Health.
« Tous les essais cliniques portant sur de nouveaux médicaments ont échoué, il est donc clairement nécessaire de définir de nouvelles cibles thérapeutiques pour de meilleurs traitements réellement efficaces. »
La maladie d’Alzheimer se caractérise par une perte de mémoire profonde et une défaillance synaptique. Bien que la cause exacte de la maladie d’Alzheimer demeure incertaine, il est bien établi que le maintien de la mémoire et la plasticité synaptique exigent la synthèse des protéines.
L’équipe de MA a récemment montré que l’activation, associée à la maladie d’Alzheimer, d’une molécule de signalisation appelée eEF2K entraînait une inhibition de la synthèse des protéines.
Dans cette étude, ils voulaient déterminer si la suppression de eEF2K pourrait améliorer la capacité de synthèse des protéines et, par conséquent, atténuer les déficiences cognitives et synaptiques associées à cette maladie.

La suppression de eEF2K empêchait la perte de mémoire

Les chercheurs ont utilisé une approche génétique pour réprimer l’activité de la molécule eEF2K dans deux modèles de souris d’Alzheimer différents. Ils ont découvert que la suppression génétique de eEF2K empêchait la perte de mémoire chez ces modèles animaux et améliorait considérablement la fonction synaptique.
« Ces résultats sont encourageants et offrent une nouvelle voie pour la poursuite des recherches », a déclaré Ma.
Son équipe espère ensuite tester cette approche dans le cadre d’autres études chez l’animal et, éventuellement, chez l’homme utilisant des inhibiteurs à petites molécules ciblant eEF2K.
Les résultats de cette découverte ont été publiés dans le Journal of Clinical Investigation.
Source : Wake Forest Baptist Health
Crédit photo : Pexel