corps-stock-les-graisses
La graisse, biologiquement parlant, n’est pas une mauvaise chose. Les acides gras – les éléments constitutifs de la graisse corporelle – sont essentiels à la formation des parois cellulaires et au stockage de l’énergie sous forme de glycérolipides.

Une protéine qui régit l’utilisation des graisses

À présent, des scientifiques de l’Université de Rockefeller ont identifié une protéine qui régit la fabrication et l’utilisation de ces molécules. Cette recherche, publiée dans Molecular Cell, révèle également un nouveau traitement potentiel pour certaines maladies métaboliques, notamment le diabète, la dysfonction hépatique et d’autres troubles métaboliques.
Bien que les cellules saines soient largement utilisées pour les acides gras, ces molécules peuvent, en excès, être dangereuses. « On savait qu’une trop grande quantité d’acide gras pouvait être toxique pour les cellules », déclare Kivanç Birsoy, professeur adjoint à Chapman Perelman. « Mais on ne savait pas exactement comment ces molécules devenaient toxiques. »
Birsoy, en collaboration avec son collègue Xiphias Ge Zhu, a effectué des criblages génétiques basés sur la technologie d’édition des gènes CRISPR/Cas9 afin d’identifier les molécules impliquées dans la production et l’accumulation de lipides. Ils ont découvert une petite protéine, appelée CHP1, qui active une voie cellulaire responsable de la transformation des acides gras en glycérolipides.

Un médicament pourrait aider les personnes obèses

Birsoy espère pouvoir déterminer si des médicaments qui interfèreraient avec la protéine CHP1 pourraient limiter le stockage des graisses chez les personnes vulnérables aux effets toxiques des acides gras et aider les personnes obèses.
Source : Rockefeller University
Crédit photo : Pixabay