zone-boucles-or-habitable-planète
Pour identifier les mondes potentiellement habitables, les astronomes explorent la «zone Boucles d’or» autour des étoiles pour trouver des planètes où de l’eau liquide pourrait exister à la surface.

Les étoiles K seraient des cibles très prometteuses

Maintenant, une nouvelle étude a identifié des types d’étoiles appelées étoiles K qui constituent des cibles particulièrement prometteuses pour l’hébergement de planètes habitables. Les étoiles K sont moins lumineuses que notre soleil, mais plus brillantes que les étoiles les plus sombres – appelées étoiles M ou naines rouges.
Cela signifie que les étoiles K brillent beaucoup plus longtemps que notre Soleil, soit entre 17 milliards et 70 milliards d’années, contre 10 milliards d’années. Les étoiles K sont également plus stables et connaissent une activité moins extrême quand elles sont jeunes que les étoiles M qui traversent de puissantes phases d’éclairages stellaires et dégagent une énergie telle qu’elles pourraient faire bouillir les océans sur les planètes voisines.
Tous ensemble, ces facteurs signifient que les étoiles K ont de longues périodes de stabilité, ce qui laisse beaucoup de temps pour que la vie puisse y évoluer. « J’aime penser que les étoiles K se trouvent dans une « zone idéale » entre les étoiles analogues du Soleil et les étoiles M », a déclaré Giada Arney du Goddard Space Flight Center de la NASA.

Les étoiles K sont de meilleures candidates pour recherche des signes de vie

Traditionnellement, la recherche de planètes habitables s’est principalement concentrée sur les étoiles M parce qu’elles sont très répandues, constituant environ les trois quarts de toutes les étoiles de l’Univers. Mais les étoiles K peuvent constituer de meilleures cibles pour la recherche, non seulement parce qu’elles vivent longtemps et sont plus stables, mais aussi parce qu’il est plus facile de détecter des signes potentiels de la vie à leur proximité.
Une façon de voir ces sites de vie potentielle est de rechercher une planète contenant à la fois de l’oxygène et du méthane dans son atmosphère. Ces deux gaz réagissent et se détruisent généralement. Si vous les voyez tous les deux en même temps, cela suggère que quelque chose doit les produire  – et que ce quelque chose pourrait être la vie.
Mais pour détecter de très loin l’oxygène et le méthane dans l’atmosphère d’une planète, ils doivent tous deux être présents en grande quantité. Arney a utilisé la modélisation informatique pour voir comment différents types d’atmosphère planétaire réagiraient à différentes étoiles hôtes. Elle a découvert que la biosignature de l’oxygène et du méthane serait la plus forte lorsque la planète en question graviterait autour d’une étoile K.

La lumière ultraviolette de l’étoile K ne génère pas d’oxygène extrêmement réactif 

« Lorsque vous placez une planète autour d’une étoile K, l’oxygène ne détruit pas le méthane aussi rapidement, de sorte qu’il peut s’accumuler dans l’atmosphère », a déclaré Arney. «C’est parce que la lumière ultraviolette de l’étoile K ne génère pas d’oxygène extrêmement réactif qui détruit le méthane aussi facilement qu’une étoile semblable à celle du Soleil.»
Arney a également indiqué que certaines étoiles K seraient des cibles privilégiées pour l’investigation, notamment 61 Cyg A/B, Epsilon Indi, Groombridge 1618 et HD 156026.
Cette recherche a été publié dans Astrophysical Journal Letters.
Source : NASA
Crédit photo : Pixabay