Un serpentin libérant des médicaments contre la tuberculose

, , biothechnologie https://farm8.staticflickr.com/7858/47319675322_8129453639_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7858/47319675322_8129453639_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/03/13/un-serpentin-liberant-des-medicaments-contre-la-tuberculose/#respond
499

la-tuberculose-sepentin-médicament

Si vous détestez prendre des pilules, vous pourriez être enthousiasmé par l’invention d’un serpentin dans l’estomac qui libère lentement des médicaments au cours de plusieurs semaines.

Un serpentin contre la tuberculose 

Cela pourrait jouer un rôle majeur dans la réduction des infections mortelles par la tuberculose et le problème croissant de la résistance aux antimicrobiens, explique le développeur de l’appareil Malvika Verma du Massachusetts Institute of Technology (MIT). De plus, la tuberculose est un problème de santé majeur, qui a tué environ 1,3 million de personnes selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une fois complètement enroulé, ce dispositif mesure 10 centimètres de long et est enfilé avec des pilules. «Vous avez un trou dans chacune des pilules, un peu comme un collier de bonbons, et chaque pilule peut être un médicament différent», explique Verma.

Le serpentin peut être déployé pour délivrer les médicaments dans l’estomac par le nez et la gorge, où elle reprend sa place. Ce serpentin est trop gros pour quitter l’estomac, il reste donc en place et les médicaments qui y sont placés sont digérés à un taux dépendant du type de médicament et du polymère que les développeurs utilisent pour fabriquer les pilules.

Un test avec des porcs

Une fois les médicaments dissous, l’appareil peut être récupéré par le nez et la gorge à l’aide d’un aimant fixé au serpentin. Verma et son équipe ont décidé de vérifier l’efficacité de ce dispositif d’administration des antibiotiques chez les porcs. Au cours d’un mois, des analyses de sang ont révélé que le serpentin distribuait régulièrement le médicament dans le corps et que les porcs ne présentaient aucun effet secondaire apparent, tel qu’une perte de poids, des problèmes de nourriture ou une blessure à l’estomac.

Ils ont choisi de tester ce dispositif avec le type d’antibiotique utilisé pour traiter la tuberculose, car cette maladie oblige les gens à prendre plusieurs comprimés à tous les jours. Pour de nombreux patients, en particulier dans les régions éloignées, il peut être très difficile de s’en tenir à un tel régime.

Cependant, ne pas le faire contribue à l’évolution des souches de tuberculose pharmacorésistante, qui devraient représenter un décès sur quatre lié à la pharmacorésistance d’ici 2050. Verma et son équipe espèrent réaliser le premier essai humain de leur système dans les cinq prochaines années.

Un appareil utile dans plusieurs situations

L’appareil ne serait pas seulement utile pour les cas nécessitant plusieurs pilules par jour, pour traiter cette maladie avec succès. Il pourrait également aider les patients qui oublient ou qui souffrent d’affections qui entravent une autogestion fiable, comme la démence ou la schizophrénie.

Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

https://farm8.staticflickr.com/7858/47319675322_8129453639_o.jpg