loure-de-mer-outils
L’archéologie est définie comme l’étude de l’histoire humaine et de la préhistoire, par l’analyse des vestiges physiques. Mais les dictionnaires ont peut-être besoin d’être réécrits – l’archéologie est maintenant utilisée pour étudier les histoires d’animaux utilisant des outils; allant des loutres de mer aux singes en passant par les oiseaux et même les poissons.

L’archéologie des animaux qui utilisent des outils

Natalie Uomini de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine en Allemagne et ses collègues ont analysé un site situé à Bennett Slough Culverts en Californie, où les loutres de mer utilisent des pierres pour fendre des moules. Sur ce site, les loutres ne se contentent pas de placer de petites pierres sur leur poitrine pour ensuite craquer les coquillages.
De manière inhabituelle, ils frappent également les moules contre de gros rochers au bord de la mer, créant ainsi d’énormes piles de coquilles brisées. L’équipe d’Uomini a montré que cela laissait des traces d’usure sur les gros rochers utilisés comme enclumes et cassait les coquillages d’une manière caractéristique, ce qui signifie que les coquilles laissées par les loutres de mer pouvaient être distinguées de celles laissées par exemple par les gens.

Cela signifie qu’il devrait être possible d’identifier les sites antiques où les loutres de mer utilisaient de grandes pierres de cette manière, ce qui pourrait révéler si elles utilisaient des outils en pierre depuis leur première évolution, il y a environ 2 millions d’années. Cela impliquerait les mêmes techniques que celles utilisées pour l’étude d’anciens sites humains.
Cependant, il n’est pas facile de trouver d’anciens sites de loutre de mer, notamment parce que de nombreux sites peuvent être submergés en raison de l’élévation du niveau de la mer. «C’est vraiment difficile», déclare Uomini.

De nombreux oiseaux utilisent des outils

Elle étudie également les corbeaux de Nouvelle-Calédonie, réputés pour leur utilisation d’outils. Bien que la plupart de leurs outils soient des brindilles et d’autres objets qui sont moins efficaces, certains utilisent des enclumes faites de pierres.

De nombreux autres oiseaux déposent des aliments durs sur les pierres pour y avoir accès, et il y a même des poissons qui cassent des coquillages sur des rochers. «Nous voudrions élargir le concept d’archéologie aux non-humains», déclare Uomini.
« L’archéologie peut être appliquée à toute espèce qui produit une signature matérielle durable », déclare Tomos Proffitt de l’University College London, qui a étudié les sites laissés par les singes capucins qui utilisent des pierres pour casser des noix.

La culture des animaux n’est pas une priorité pour les archéologues

Il ne pense pas que ses collègues archéologues s’opposeront à l’idée d’élargir cette discipline. « Je pense que la grande majorité des archéologues ne s’en soucierait probablement pas », déclare Proffitt. « La culture matérielle des animaux ne fait pas partie des priorités de la plupart des archéologues. »
Les résultats de ces recherches ont été publiés dans Scientific Reports,
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

L'archéologie de la loutre de mer : une discipline oubliéemartinRecherches
L'archéologie est définie comme l'étude de l'histoire humaine et de la préhistoire, par l'analyse des vestiges physiques. Mais les dictionnaires ont peut-être besoin d'être réécrits - l'archéologie est maintenant utilisée pour étudier les histoires d'animaux utilisant des outils; allant des loutres de mer aux singes en passant par les...