La Terre est une version moins volatile du Soleil

, , , Espace https://farm8.staticflickr.com/7840/32469676947_10b5286614_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7840/32469676947_10b5286614_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/03/18/la-terre-est-une-version-moins-volatile-du-soleil/#respond
344

terre-soleil-version-éléments-volatiles

Les scientifiques de l’ANU ont découvert que la Terre est composée des mêmes éléments que le Soleil mais contient moins d’éléments volatils tels que l’hydrogène, l’hélium, l’oxygène et l’azote.

La Terre et le Soleil partagent les mêmes éléments

Le Dr Haiyang Wang, auteur principal de l’étude, a déclaré que la meilleure estimation de la composition de la Terre et du Soleil avait été recherchée dans le but de créer un nouvel outil permettant de mesurer la composition élémentaire d’autres étoiles et planètes rocheuses autour desquelles elles gravitent.

« La composition d’une planète rocheuse est l’une des pièces manquantes les plus importantes dans nos efforts pour déterminer si une planète est habitable ou non », a déclaré le Dr Wang de l’école de recherche en astronomie et astrophysique de l’ANU (RSAA).

D’autres planètes rocheuses de l’Univers sont des morceaux dévolatisés de leurs étoiles hôtes, tout comme la Terre. Le professeur associé Charley Lineweaver, coauteur et collègue de la RSAA, a déclaré que chaque étoile était entourée d’un système planétaire quelconque. « La majorité des étoiles ont probablement des planètes rocheuses à l’intérieur ou à proximité de la zone habitable », a-t-il déclaré.

Le professeur coauteur Trevor Ireland, de l’École de recherche sur les sciences de la Terre de l’ANU, a déclaré que l’équipe avait mené cette étude en comparant la composition des roches terrestres avec les météorites et l’enveloppe extérieure du Soleil.

Une mine d’informations sur la formation de Terre

« Cette comparaison fournit une mine d’informations sur la formation de la Terre. Il existe une tendance de volatilité remarquablement linéaire qui peut servir de base pour comprendre les relations entre les compositions des météorites, des planètes et des étoiles », a-t-il déclaré.

Cette recherche sera publiée dans la revue Icarus. Elle est prépubliée dans Arxiv.

Source: Australian National University
Créditphoto: Pexel

https://farm8.staticflickr.com/7840/32469676947_10b5286614_o.jpg