fontaine-de-jouvance-intestin-bactéries
Pourquoi les vaisseaux sanguins se raidissent et se dégradent-ils naturellement avec l’âge, augmentant ainsi le risque de maladies cardiovasculaires? La nouvelle recherche de l’Université du Colorado à Boulder a identifié un nouveau coupable surprenant, qui vit dans nos intestins.

Le microbiome pour une santé cardiaque optimale

«Il s’agit de la première étude à montrer que les changements dans le microbiome intestinal avec le vieillissement ont un impact négatif sur la santé vasculaire», a déclaré l’auteur principal, Vienna Brunt, chercheuse post-doctorale au département de physiologie intégrative. « Cette découverte ouvre une nouvelle voie d’interventions potentielles pour prévenir les maladies cardiovasculaires. »
Pour cette étude, publiée dans le Journal of Physiology, les chercheurs ont donné à des souris jeunes et vieilles des antibiotiques à large spectre afin de tuer la majorité des bactéries vivant dans leur intestin, également appelé microbiome intestinal. Ils ont ensuite évalué la santé de leur endothélium vasculaire (la paroi interne de leurs vaisseaux sanguins) et la rigidité de leurs grosses artères.
Ils ont également mesuré les taux sanguins de composés inflammatoires, de radicaux libres dommageables pour les tissus, d’antioxydants et d’oxyde nitrique en augmentation dans les vaisseaux sanguins dans les deux groupes.
Après trois à quatre semaines de traitement, les jeunes souris n’ont constaté aucun changement de leur santé vasculaire. Les vieilles souris, cependant, ont vu de grandes améliorations sur toutes les précédentes mesures.
«Lorsque vous avez supprimé le microbiome des souris âgées, leur santé vasculaire a été restaurée ressemblant à celle des jeunes souris», a déclaré l’auteur principal et professeur Doug Seals, directeur du laboratoire de physiologie intégrative du vieillissement. « Cela suggère qu’il y a quelque chose à propos de ces micro-organismes qui cause un dysfonctionnement vasculaire. »

Un intestin plus âgé équivaut à plus de « mauvaises » bactéries

Les chercheurs ont ensuite prélevé des échantillons de selles dans un autre groupe de souris et les ont séquencés génétiquement, en comparant les bactéries intestinales des souris âgées à celles des jeunes. «En général, chez les souris âgées, nous avons constaté une prévalence accrue de microbes pro-inflammatoires associés à des maladies», a déclaré Brunt.
Par exemple, les vieilles souris hébergeaient beaucoup plus de protéobactéries, un phyla incluant Salmonella et d’autres agents pathogènes, et du desulfovibrio pro-inflammatoire.
Pour aller plus loin, les chercheurs ont mesuré les taux sanguins de métabolites – de petites molécules produites par les microorganismes de l’intestin et absorbées par le sang – chez des souris âgées et jeunes. Les souris âgées avaient trois fois plus de TMAO (N-oxyde de triméthylamine), un métabolite ayant démontré dans des études antérieures qu’il était lié à un risque accru d’athérosclérose, de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.
Selon l’American Heart Association, le risque de maladie cardiovasculaire commence à augmenter dès l’âge de 45 ans. Entre 60 et 79 ans, 70% des Américains en sont atteints de maladies cardiovasculaires. Après 80 ans, moins d’un sur cinq en est exempt.
Mais ce qui fait en sorte que des artères saines se raidissent et perdent leur fonction avec l’âge est resté un mystère médical. «Nous savons depuis longtemps que le stress oxydatif et l’inflammation contribuent à rendre les artères malsaines au fil du temps, mais nous ne savions pas pourquoi les artères commençaient à être enflammées et stressées. Quelque chose déclenche cela », a déclaré Seals.
«Nous soupçonnons maintenant qu’avec l’âge, le microbiote intestinal commence à produire des molécules toxiques, notamment du TMAO, qui pénètrent dans le sang, provoquant une inflammation et un stress oxydatif et endommageant les tissus.»

De nouvelles solutions pour améliorer la santé cardiaque

Seals et Brunt insistent sur le fait qu’ils ne suggèrent absolument pas que les antibiotiques soient utilisés comme fontaine de jouvence cardiovasculaire. «Nous avons uniquement utilisé des antibiotiques comme outil expérimental. Il y a beaucoup trop d’effets secondaires et d’autres problèmes liés à une utilisation intensive d’antibiotiques », a déclaré Brunt.
Mais ils croient que les aliments riches en probiotiques (yogourt, kéfir, kimchi) et en fibres prébiotiques pourraient jouer un rôle dans la prévention des maladies cardiaques en favorisant un microbiome intestinal en bonne santé. Ils ont récemment lancé un essai sur l’homme pour explorer l’impact de différents régimes sur l’intestin et sur le risque de maladie cardiovasculaire.
Ils étudient également un composé appelé diméthylbutane, présent dans certaines huiles d’olive, les vinaigres et les vins rouges, qui bloque l’enzyme bactérienne nécessaire à la production de TMAO. En fin de compte, il pourrait être développé en un complément alimentaire.

Une raison de plus de prendre soin des bactéries résidantes 

Le document, ainsi que des études associant un microbiome au vieillissement gastro-intestinal, immunitaire et cérébral, offre une raison de plus de garder nos bactéries résidantes en bonne santé, note un éditorial accompagnant l’article de la revue.
Source: University of Colorado at Boulder
Crédit photo : Pixabay