bulles-de-co2-purification-eau
L’accès à l’eau potable est une chose que beaucoup d’entre nous tenons pour acquise, mais c’est un problème grave dans plusieurs grandes villes du monde. Des chercheurs de l’Université de Nouvelle-Galles-du-Sud (UNSW) à Canberra ont testé une nouvelle méthode de stérilisation de l’eau utilisant des bulles de dioxyde de carbone chaudes, qu’ils ont trouvées efficace et performante pour purifier l’eau.

Purifier de l’eau avec du dioxyde de carbone

Dans cette nouvelle méthode, le gaz CO2 est d’abord chauffé à une température bien précise, puis acheminé dans un réservoir d’eaux usées. Lorsque ces bulles chaudes montent dans l’eau, elles transfèrent de la chaleur à l’eau qui les entoure et la couche de surface chaude des bulles suffit à tuer les bactéries et les virus présents dans le liquide. Contrairement aux tentatives précédentes de systèmes similaires, le CO2 n’a pas besoin d’être pressurisé pour faire le travail.
Lors d’expériences, les chercheurs ont chauffé le gaz à diverses températures, puis l’ont fait bouillonner dans une solution de chlorure de sodium qui avait été mélangée à la bactérie E. coli et au virus MS2. Pour vérifier quelles configurations fonctionnaient le mieux, l’équipe a comparé le dioxyde de carbone et l’air ordinaire, en chauffant les gaz à des températures comprises entre 7 ° Celsius et 205 ° Celsius.
Sans surprise, à basses températures, il n’y avait pratiquement aucun effet antimicrobien. L’air et le CO2 ont mieux fonctionné lorsque la chaleur a été augmentée, mais le CO2 a systématiquement tué les bactéries et les virus plus rapidement.

Le processus est plus efficace à des températures comprises entre 100 et 205 ° Celsius

Le CO2 s’est avéré le plus efficace à des températures comprises entre 100 ° Celsius et 205 ° Celsius. En fait, plus le gaz est chaud, plus il parvient à détruire les bactéries. Pendant ce temps, le liquide lui-même est resté à une température relativement normale de 55 ° Celsius.
L’équipe affirme que cette méthode présente plusieurs avantages par rapport aux techniques de purification de l’eau existantes. Comme il faut moins d’énergie pour chauffer le gaz que pour faire bouillir des liquides, cette méthode est plus économe en énergie.
C’est aussi moins potentiellement dangereux que les méthodes chimiques telles que l’ajout de chlore, et c’est un système plus simple que d’utiliser le rayonnement UV. Enfin, le dioxyde de carbone est un sous-produit courant de l’industrie. Il est donc particulièrement utile de lui trouver des utilisations.

Il est plus économe en énergie

« Cette nouvelle technologie pourrait devenir un nouveau candidat pour la technologie de stérilisation, capable de rivaliser avec les technologies existantes », a déclaré Adrian Garrido Sanchis, auteur de cette étude. « Le fait que ce processus puisse utiliser du gaz CO2 chauffé au lieu d’eau chauffée et la possibilité de réutiliser les gaz issus des processus de combustion rend ce nouveau traitement potentiellement plus économe en énergie. »
Une petite usine pilote pour cette nouvelle technique de stérilisation des eaux usées a été construite et testée dans une ferme porcine, avec des résultats prometteurs. Cette recherche a été publiée dans Clean Water.
Source : UNSW Canberra
Crédit photo sur Unsplash : Septumia Jacobson