mars-vie-passée-hydrogène-astéroïdes
Les données du mobile Curiosity de la NASA indiquent que si vous voulez de la vie sur Mars, ajoutez de l’hydrogène et envoyez des astéroïdes.

De l’hydrogène et des astéroïdes pour former des nitrates

En effet, une nouvelle étude a utilisé les résultats de simulations effectuées en laboratoire par SAM (Sample Analysis at Mars, analyse de l’échantillon de Curiosity) pour montrer que l’impact des astéroïdes provoquait la formation d’hydrogène dans l’atmosphère martienne, ce qui stimulait la création des nitrates nécessaires à la vie.
L’azote est un ingrédient essentiel pour la vie telle que nous la connaissons. Sans azote, il ne peut y avoir ni de protéines, ni d’acides nucléiques, ni aucun des nombreux composés organiques dont les organismes les plus simples ont besoin. Le problème est que l’azote est un élément relativement inerte au point qu’il est couramment utilisé pour préserver des artefacts historiques.
Avant de pouvoir utiliser l’azote pour aider à maintenir la vie, il doit être transformé en ammoniac ou en une autre forme de molécule plus réactive, comme les nitrites et les nitrates. L’expérience SAM a permis de détecter ces formes d’azote fixées alors que Curiosity traversait le cratère Gale sur Mars, mais comment y sont-elles parvenues?
Pour répondre à cette question, une équipe de scientifiques dirigée par Rafael Navarro-González de l’Institut des sciences nucléaires de l’Université nationale autonome de Mexico s’est efforcée de recréer l’atmosphère en laboratoire martienne primordiale et de mettre en œuvre des modèles théoriques.

Un mélange d’hydrogène, d’azote et de dioxyde 

Pour leur expérience, l’équipe a placé un mélange d’hydrogène, d’azote et de dioxyde de carbone dans un réservoir, puis les a frappé avec des impulsions de rayon laser infrarouge pour simuler les ondes de choc à haute énergie produites par les astéroïdes frappant l’atmosphère. De façon inattendue, des nitrates sont apparus dans ce mélange.
« La grande surprise était que la quantité en nitrates augmentait lorsque l’hydrogène était inclus dans les expériences de choc au laser qui simulaient des impacts d’astéroïdes », déclare Navarro-González. « Cela était contre-intuitif car l’hydrogène créait un environnement pauvre en oxygène alors que la formation de nitrate nécessite de l’oxygène. Cependant, la présence d’hydrogène a conduit à un refroidissement plus rapide du gaz chauffé par le choc, piégeant l’oxyde nitrique, précurseur du nitrate, aux températures où son rendement était plus élevé « .
Selon la NASA, ces découvertes sont importantes car il y a très peu d’azote dans l’atmosphère martienne. La présence de nitrates pose donc des questions sur la manière dont il y est parvenu. En outre, mieux comprendre le rôle joué par l’hydrogène sur l’ancienne Mars peut aider à comprendre l’histoire du climat martien.

L’habitabilité de Mars

« Avoir plus d’hydrogène dans l’atmosphère comme gaz à effet de serre est intéressant à la fois pour l’histoire climatique de Mars et pour son habitabilité », a déclaré Jennifer Stern, géochimiste planétaire au Goddard Space Flight Center de la NASA.
« Si vous avez un lien entre deux choses qui sont bonnes pour l’habitabilité – un climat potentiellement plus chaud avec de l’eau liquide à la surface et une augmentation de la production de nitrates, qui sont nécessaires à la vie – cela devient très excitant. Les résultats de cette étude suggèrent que ces deux éléments, qui sont importants pour la vie, s’emboîtent et que l’un renforce la présence de l’autre « .
Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Journal of Geophysical Research: Planets.
Source: NASA