Regardez l’attaque d’une larve de moucheron fantôme

Biologie https://farm8.staticflickr.com/7870/46756930654_06439fdba0_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7870/46756930654_06439fdba0_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/03/27/regardez-lattaque-dune-larve-de-moucheron-fantome/#respond
428

larve-de- moucherons-fantômes

Lorsque les puces d’eau détectent certains prédateurs qui se cachent à proximité, elles développent de minuscules crêtes acérées en dessous de leur tête, appelées nuques. Ces prédateurs – les larves de moucherons fantômes, également appelés Chaoborus – sont répandus dans les lacs du monde entier.

La puce d’eau capture ses proies en 14 millisecondes 

Des scientifiques tentent maintenant de comprendre comment les attaques sont effectuées sur ces larves en capturant les premières images à grande vitesse d’une attaque de Chaoborus – et ont découvert qu’il s’agissait de l’une des plus rapides du monde animal.

Pour documenter 48 attaques, les scientifiques ont chaque fois placé trois puces d’eau (Daphnia pulex) et un Chaoborus dans un aquarium spécialement conçu pour la prise de vues à grande vitesse. Quand une Daphnia est à sa portée, de la larve, elle déploie de longues soies très rapidement et se contractent (ci-dessus) en un « panier de capture ». Les vidéos ont révélé le fonctionnement de cette capture, montrant les nombreuses soies qui empêchent les longs poils sur la lèvre supérieure qui se déploient latéralement pendant l’attaque.

D’autres chercheurs avaient douté que ces poils à lèvres puissent bouger, car ils manquaient de muscles. Mais ils pourraient être alimentés par la pression des fluides internes. Les nouvelles vidéos ont également permis aux chercheurs de chronométrer l’attaque: les poils de la larve atteignent la Daphnie en à peine 14 millisecondes en moyenne, l’une des frappes les plus rapides jamais observés, ont rapporté les chercheurs la semaine dernière dans PLOS ONE.

Elle avale ses proies en 43 millisecondes

À titre de comparaison, la crevette-mante attaque en seulement 4 à 8 millisecondes et les Chilarchaea quellons, prennent moins de 1 milliseconde. Une fois que la larve a attrapé la Daphnia dans son panier, elle ne lui reste que 43 millisecondes de plus pour se rétracter et commencer à avaler sa proie.

La nature des défenses de Daphnia reste un mystère. Les scientifiques disent que les cerveaux interfèrent probablement avec l’action du panier de capture. D’autres expériences dans des conditions plus réalistes montrent qu’environ 80% des Daphnia dont la nuque a été capturée échappaient à la capture, contre seulement la moitié qui n’avait pas cette défense. Pour ceux qui ne s’échappent pas, au moins, la fin est heureusement rapide.

Source : Science
Crédit photo : Capture d’écran (vidéo)

https://farm8.staticflickr.com/7870/46756930654_06439fdba0_o.jpg